Opinions › Tribune

Loyauté contre honnêteté en politique: l’Afrique connaitra-t-elle la vraie démocratie?

© Droits réservés
Au moment où cet article est en cours d’écriture, les États-Unis et une partie du monde ne se remettent pas toujours de la consternation survenue après un licenciement rapide et inexplicable du directeur du Bureau fédéral d’Investigation (FBI). Les Démocrates et quelques Républicains souhaiteraient vivement que soient faux le rugissant murmure et le soupçon que M. Trump a licencié James Comey pour couvrir une menace majeure sur la sécurité nationale des Etats-Unis. Américains et alliés ont du mal à croire qu’une puissance étrangère a sapé la présidentielle américaines de 2016. Parmi les raisons d’une éventuelle dissimulation de l’action du président américain figurent les allégations selon lesquelles le président avait réclamé la fidélité du directeur du FBI qui, apparemment, avait choisi l’honnêteté à la fidélité. Mais l’honnêteté est-elle un suicide politique ? À ce stade, il n’est pas clair si la fidélité à M. Trump serait la probité morale à respecter. En moins de quatre mois, le nouveau locataire de la Maison Blanche a eu un peu trop de scandales ou de rumeurs de scandales qu’il est difficile de savoir ce que la loyauté envers lui pourrait signifier pour une carrière politique. Mettant un peu de côté M. Trump, et allant de l’autre côté de l’océan, loin là-bas Afrique subsaharienne, il semble que la loyauté envers la personne au pouvoir est politiquement correcte. Peut-être que c’est même une sagesse politique et de survie.

En Afrique, il faut encore démontrer que l’honnêteté en politique est une décision judicieuse. Là-bas en Afrique, les gouvernements sont – sans exagération – monarchistes, suprématistes, et simplement mis, présidentialistes. La personne au pouvoir est la personne qui a le pouvoir de décider quoi que ce soit pour tout résident du pays. Le lieutenant qui lui prête allégeance est mis aux petits, indépendamment de la morale du lieutenant. En fait, là-bas en Afrique, il est préférable d’être malhonnête autant que l’on est fidèle à la personne qui détient le pouvoir. C’est sans doute la raison exacte pour laquelle la politique se transforme en une telle dictature en Afrique. Aucun collaborateur du président ne peut travailler avec des mains libres. Tout le monde est loyal au président, peu importe le préjudice que cette loyauté poserait pays.

Des amis trahissent des amis et oublient leurs anciennes connaissances parce que la survie est en dépend dans cette jungle politique. Mais tout n’est pas encore fini. Il y a toujours de l’espoir. Il y a de l’espoir pour la confiance. Ce n’est pas mauvais d’être loyal au leader. C’est en fait une bonne chose. Mais un leader ne peut pas avoir de personnes loyales sans être digne de confiance. Pour que l’Afrique soit sauvée de sa dictature, les dirigeants doivent commencer à être dignes de confiance. Maintenant, ce changement significatif n’est pas facile pour les vieux dictateurs que le continent connait. Les nouveaux leaders sont les personnes qui mèneront le leadership digne de confiance qui confère la loyauté et favorise une véritable démocratie. Vas-tu te réveiller donc, Afrique?

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé