Politique › Institutionnel

14 juillet 2010: Le Cameroun honoré à Paris

En plus du défilé des soldats issus du bataillon des troupes aéroportées de Koutaba, 2 Camerounais ont été fait chevaliers de la Légion d’honneur

L’armée camerounaise à l’honneur sur les Champs Elysées
40 soldats camerounais, issus du «Bataillon des troupes aéroportées» de Koutaba ont défilé ce mercredi 14 juillet sur les Champs Elysées, dans la cadre de la traditionnelle parade militaire marquant la célébration de la fête nationale française. La troupe que dirigeait le lieutenant-colonel Séverin Eyenga était constituée de soldats appartenant au «Bataillon blindé de reconnaissance», au «Bataillon spécial amphibie», et à la «Brigade d’intervention rapide», qui est une force de réserve générale et une force de frappe à la disposition du chef d’état-major des forces armées. Les parachutistes envoyés en France sont des troupes d’élites. Les autorités militaires ont déclaré que les troupes envoyées en France, l’ont été sur la base de leur professionnalisme. La présence de détachements des forces armées africaines sur les Champs-Elysées, leur défilé devant leurs aînés, anciens combattants de l’armée française, sera une image forte de cette année 2010, a déclaré Hubert Falco, le secrétaire d’Etat français à la Défense et aux Anciens combattants, dans une déclaration faite au journal Le Monde.

Défilé du 14 juillet 2010 en France
Prc.cm)/n

Manu Dibango et Calixte Béyala distingués
Deux autres camerounais ont marqué la célébration de ce spécial 14 juillet en France. Loin des tambours et des bruits de bottes sur le goudron des Champs Elysées, Le musicien camerounais Manu Dibango a été fait chevalier de la Légion d’honneur. Cette distinction intervient dans le cadre d’une des traditions du 14 juillet en France. Certaines personnalités se voient décorées de la Légion d’Honneur, une haute distinction en France. La promotion du 14-Juillet de la Légion d’honneur, nous apprend qu’en plus de Manu Dibango, une autre Camerounaise, la littéraire Calixte Beyala, a elle aussi été gratifiée de la même distinction. Un heureux hasard. Au début du mois de juin dernier, les deux étaient aussi à l’honneur, cette fois au cameroun, à l’occasion de la diffusion de leur documentaire lors de la soirée d’ouverture du festival de cinéma les écrans noirs. Une idée de Calixte Beyala qui disait-elle voulait présenter le Manu que peu de gens connaissaient. Un peu avant la fin du mois de mai, Calixte Beyala a été présente lors du sommet Africa 21 organisé à Yaoundé, à l’occasion de la célébration des cinquantenaires de ce pays. Elle disait être venu rencontrer entre autres des personnalités pour mieux discuter de son projet de candidature pour la direction de la francophonie. La distinction française sera certainement pour elle un soutien très important.

Calixte Béyala et Manu Dibango
Journalducameroun.com)/n

Fête sous fond de polémique
La présence des chefs d’Etats africains en France et de leurs troupes armées a soulevé une grosse polémique aussi bien en France que dans de nombreux médias africains. Des observateurs et autres critiques politiques se sont demandés s’il revenait à l’ancien pays «colonisateur» de célébrer l’émancipation de ses anciennes colonies. «Faux procès», a répondu en résumé, le président Nicolas Sarkozy. Si l’Elysée n’avait pas marqué l’événement, cela lui aurait été reproché par les mêmes qui, aujourd’hui, lui tiennent rigueur d’une supposée «récupération politique», a-t-il fait remarquer. Devant les autres chefs d’Etats africains qui eux réagissent sur la défensive par états-majors politiques interposés, le président Français a donné sa vision de la situation. C’est bien mal me connaître que de penser que je puisse être inspiré par un quelconque sentiment de nostalgie envers une période (celle de la colonisation, NDLR) dont j’ai, plus d’une fois, souligné l’injustice et les erreurs, s’est justifié le président français. Difficile cependant de croire en la bonne foi de Nicolas Sarkozy. En 2005 alors qu’il n’était pas encore président, l’actuel président français avait bataillé pour que soit reconnu dans une loi l’incontestable «rôle positif de la colonisation». «Il faut cesser avec la repentance permanente», avait-il déclaré dans une interview à la chaine de télévision France 3, le 23 février 2005. «Finira-t-on, un jour prochain, par s’excuser d’être français?» s’était-il alors interrogé soucieux à l’époque de prendre quelques voix dans le camp de l’extrême droite française. Les choses semblent avoir changé!

Déjeûner à l’Elysée le 13 juillet 2010
elysee.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut