Santé › Actualité

19ème conférence mondiale du Sida: Un espoir pour les malades

Jusqu’au 27 juillet, plus de 25 000 personnes se mobiliseront pour lutter contre ce virus qui a fait 30 millions de morts depuis les années 80

Le thème clé de ce colloque international de Washington est une nouvelle mobilisation pour mettre un terme à la pandémie, objectif jugé désormais possible avec les traitements existants. Le sida fait encore des ravages dans le monde. Selon un rapport publié par Onusida, 1,7 million de personnes seraient mortes des suites de l’infection durant l’année 2011. Cette même année, on comptait alors 34,2 millions de personnes infectées. Derrière ces chiffres, une répartition inégale de la maladie permet aux chercheurs et responsables mondiaux de définir des plans d’action ciblés. En 2011, 1,2 millions de personnes sont décédées des suites de la maladie en Afrique, soit une baisse de 22% par rapport à l’année 2005. En Asie, 330 000 personnes sont mortes au cours de l’année 2011. Une forte hausse du nombre de décès est à noter en Europe de l’est et en Asie centrale où 90 000 personnes, soit six fois plus qu’il y a 10 ans, sont mortes en 2011. Même constat pour le Proche Orient et l’Afrique du Nord qui dénombrent 78,5% de plus de décès qu’en 2001, soit 25 000 cas. L’Amérique Latine connaît une baisse de 9,5% de ses décès dus à l’infection depuis 2010. 57 000 personnes sont mortes en 2011. Finalement, 29 000 malades sont décédés en Europe occidentale, centrale et en Amérique du Nord au cours de l’année. Une autre baisse significative a été soulignée par le rapport de l’Onusida. En 2011, 2,5 millions de personnes ont été infectées par le virus, chiffre qui représente une baisse de 20% sur les 10 dernières années.

La stratégie de l’éradication suscite de l’espoir
Au cours de la Conférence de Washington, sept actions prioritaires ont été présentées par la Société internationale du Sida (IAS). Des actions qui, à terme, pourraient bien permettre à la science d’en finir avec la maladie. Si aujourd’hui, les personnes atteintes du virus et ayant accès aux traitements peuvent espérer mener une vie quasiment normale, les chercheurs n’ont toujours pas réussi à éliminer le virus. L’une des avancées dans le domaine est le Truvada, médicament bien connu des patients atteints du sida, qui est désormais autorisé, aux Etats-Unis, à titre préventif. Ce médicament permettrait de réduire de 75% les risques d’infection pour les populations considérées comme «à risque». En plus des effets secondaires et indésirables du traitement, un autre inconvénient réside dans le prix du traitement, évalué à 10 000 euros par an. Même si son utilisation préventive fait polémique, il ouvre la voie à une approche de plus en plus pointue, dans l’approche thérapeutique du Sida.


itpcmena.org)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé