Société › Kiosque

20ème journée mondiale de la liberté de la presse: Le SNJC appelle à une mobilisation régionale

Le bureau exécutif national du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) exhorte les bureaux des sections régionale à se mobiliser ce 3 mai dès 10h en un lieu public et ouvert

Dans une circulaire datée du 30 avril 2013 portant organisation des activités à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, il est indiqué que le SNJC après une réunion de son bureau exécutif, a décidé de se joindre à l’ensemble des travailleurs des médias à travers le monde pour commémorer la 20ème édition de la journée mondiale de la liberté de la presse. Le thème choisi cette année est «parler sans crainte: assurer la liberté d’expression dans tous les medias». Chaque Section Régionale du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) est tenue d’organiser les activités y relatives en toute responsabilité. Les Bureaux des Sections Régionales devront alors se mobiliser, ce jour à 10 heures avec les travailleurs des médias des secteurs privé et public, en un lieu public et ouvert, pour une cérémonie dont l’ordre du jour est le suivant: rassemblement au lieu choisi, chant des syndicats, lecture du message du Directeur Général de l’UNESCO, lecture du Message du Président de la Fédération Internationale des Journalistes et la lecture de la Déclaration du SNJC. A Douala c’est la place du gouvernement à Bonanjo qui accueillera la manifestation. A Ngaoundéré se sera devant les services du gouverneur et à Bafoussam on a choisi l’esplanade du siège du club Média Ouest. Pour une commémoration réussie les membres du Conseil Syndical (CS) et/ou du Bureau Exécutif National doivent encadrer la cérémonie dans leurs régions de résidence respectives.

La Journée Mondiale de la Liberté de la Presse a été instituée pour la première fois en 1993 par l’Assemblée générale des Nations Unies, suite à la demande d’inscription sur le calendrier mondial, destinée à souligner l’importance de la liberté de la presse. Laquelle a été formulée pour la première fois lors d’une conférence des journalistes africains qui s’est tenue en 1991 en Namibie, à l’initiative de l’UNESCO. Cette conférence s’est sanctionnée par la Déclaration de Windhoek entérinée la même année par la Conférence générale de l’UNESCO. Depuis cette date l’Organisation des Nations Unies (ONU) a confié la coordination à l’UNESCO qui s’emploie désormais à promouvoir et à défendre la liberté d’expression et son corollaire, la liberté de la presse dans toutes les régions du monde. Cette année, conjointement avec la République de Costa Rica, l’UNESCO qui organise, du 2 au 4 mai 2013, les cérémonies relatives à la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse à San José, met l’accent sur la question de la sécurité des journalistes, de la lutte contre l’impunité des crimes commis contre la liberté d’expression, et de la nécessité d’assurer un Internet libre et ouvert comme condition préalable à la sécurité en ligne. La Journée Mondiale de la Liberté de la Presse a été instituée pour: encourager et développer des initiatives en faveur de la liberté de la presse, évaluer l’état de la liberté de la presse à travers le monde, informer les citoyens sur les atteintes à la liberté de la presse rappeler aux gouvernements le besoin de respecter leurs engagements en faveur de la liberté de la presse, permettre une réflexion parmi les professionnels des médias sur les problèmes qui touchent la liberté de la presse et l’éthique professionnelle, rendre hommage aux travailleurs des médias qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

Le monde entier célèbre la journée de la liberté de la presse ce 03 avril 2013

wan-ifra.org)/n

À LA UNE
Retour en haut