Politique › Sécurité

Opération militaire à Sambisa : Shekau se déguise en femme pour ne pas se faire prendre (presse nigériane)

Abubakar Shekau, le leader de Boko Haram, en fuite. © Droits réservés

Le leader de la secte islamiste arborerait désormais des vêtements de femmes pour échapper aux forces nigérianes et camerounaises, engagées dans une offensive militaire visant à déloger Boko Haram de son fief.

Il ne s’agit pas d’un canular ! Le chef de Boko Haram s’habille en femme pour échapper aux militaires qui mènent actuellement une opération dans la forêt de Sambisa, bastion du groupe terroriste.

« Il court pour sa chère vie. Il essaie dĂ©sespĂ©rĂ©ment d’Ă©chapper au théâtre, dĂ©guisĂ© en femme et habillĂ© en Hijab. Nous avons recueilli de manière fiable que pour Ă©viter la dĂ©tection, Abubakar Shekau alterne entre les hijabs de couleur bleue et noire. Il a Ă©tĂ© vu pour la dernière fois dans un hijab noir », indique le porte-parole de l’armĂ©e nigĂ©riane, le gĂ©nĂ©ral de brigade Sani Usman, dans un communiquĂ© largement repris par la presse.

Cette information dresse un portrait totalement diffĂ©rent du personnage virulent qui distille des messages de propagande haineux et qui, Ă  l’occasion d’une vidĂ©o de propagande, avait profĂ©rĂ© des menaces Ă  l’endroit du prĂ©sident Paul Biya. « Nous avons combattu le long de la frontière camerounaise. Vous avez menti en affirmant que vous avez tuĂ© 60 de nos combattants, que vous avez arrĂŞtĂ© 20 de nos hommes, que vous avez libĂ©rĂ© 5 000 personnes (…) Paul Biya, tu ne peux pas arrĂŞter de mentir? Est-ce avec cela que tu vas convaincre l’Occident, tes dirigeants? C’est dommage, fais attention, Paul Biya », avait-t-il dĂ©clarĂ© en mars 2017 dans une vidĂ©o dont l’Agence France presse avait une copie.

L’armée nigériane et celle du Cameroun mènent, depuis le 4 février dernier, une opération militaire baptisée « Deep punch 2 » dans la forêt de Sambisa, située à 12 km de la localité camerounaise de Kerawa. Le territoire sur lequel s’étend ladite forêt (60 000 km2 environ) est difficilement pénétrable en raison d’arbustes épineux, d’un sol rocailleux et accidenté. Une végétation dense y entrave la surveillance aérienne.

Près de 500 militaires camerounais dirigés par le colonel Charles Matiang prennent part à ces opérations. Il s’agit des militaires du secteur n°1 de la Force multinationale mixte et de la 4ème Région militaire interarmées (4RMI). Le général Sani Usman appelle les populations de l’Adamawa, du Borno et de l’Etat de Yobe à la vigilance. Il invite par ailleurs, un appel aux membres de Boko Haram  à se rendre.

Ă€ LA UNE
Retour en haut