› Santé

Cameroun / Covid-19 : le Premier ministre prescrit la mise en service rapide des centres spécialisés de prise en charge des malades

Visite d'évaluation du Minsanté au Centre de Prise en Charge Covid, au lieu dit ancien Orca (photo d'archives

Le chef du gouvernement l’a demandé hier lors du Conseil de cabinet qu’il présidait autour de ses ministres.

Très peu de centres spécialisés, aménagés exceptionnellement pour accueillir les patients de Covid-19 sont opérationnels. Le Premier ministre a prescrit  le 18 juin dernier, leur mise en service dans un contexte d’augmentation du nombre de malades.

Lors du point de presse du ministre de la Santé publique hier.  il a fait savoir que seuls les Centres Spécialisés de Yassa à Douala,  de l’ancien ORCA et les deux pavillons entièrement réhabilités à l’hôpital Jamot de Yaoundé sont en service.

‹‹ D’autres sites  suivront bientôt, et permettront de disposer d’une capacité d’accueil  largement supérieure à la demande actuelle ››, a expliqué le De Manaouda Malachie.

Il se réjouit par ailleurs que : ‹‹ les investissements consentis dans le cadre de l’offre hospitalière, devraient permettre à terme de relever considérablement le plateau technique de nos formations sanitaires, et de répondre ainsi à la demande de soins et services de santés de nos populations ››.

En ce qui concerne la situation épidémiologique globale, le ministre de la Santé a mentionné que le Cameroun compte 10638 cas confirmés de Covid-19,  7548 guéris, 282 décès et 2808 cas actifs. Et que s’agissant des cas actifs, sept cent quatre-vingt-un (781) sont suivis dans les Unités de Prise en Charge (UPEC), parce  que présentant des formes modérées, sévères et critiques. Tandis que le nombre de personnes sous oxygénothérapie est de 44 dont l’essentiel est sous ventilation non invasive.

Des chiffres en net croissance que Manaouda Malachie attribue à la stratégie actuelle de  riposte, articulée autour du concept trois « T », à savoir  Traquer, tester et traiter tous les cas positifs au COVID-19 dans le pays.

‹‹ Cette stratégie est notamment à l’origine du nombre considérable de cas dépistés, mais elle a pour fruit une meilleure prise en charge des cas positifs. Elle évite notamment de dépasser le cap des cas modérés à
l’infection, et réduit donc de ce fait la létalité dont le taux est estimé à 2,6% largement en deçà des moyennes mondiales et africaines ››, explique le ministre de la Santé publique.

 


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé