Politique › Sécurité

Cameroun : l’incohérence du pluralisme humanitaire préoccupe

Le ministre de la Défense Joseph Beti Assomo, le 31 décembre 2019 à Kye-Ossi (région du Sud) avec des militaires en poste.
Le ministre délégué à la présidence de la République Joseph Beti Assomo a présidé le 07 octobre un colloque international y relatif.  

 

 

 

 

La résurgence des crises humaines a vu émerger de nouveaux acteurs dans le champ de l’humanitaire, autrefois réservé aux Etats. Seulement, si ce pluralisme humanitaire permet plusieurs interventions au profit des populations, il soulève aussi le problème de la coordination et de la cohérence des actions.

Pour trouver des solutions relatives à ces difficultés, un colloque international a été organisé le 07 octobre à Yaoundé, présidé par le ministre de la Défense Joseph Beti Assomo. La réflexion tournait autour du thème : « l’interaction entre les acteurs impliqués dans la gestion des crises humanitaires en Afrique : complémentarité ou rivalité ».

D’après Mutoy Mubiala, modérateur général du colloque, « on doit prendre exemple sur de bonnes pratiques pour développer un réseautage humanitaire panafricain. Il faut réunir les Etats autour d’un idéal commun et mettre en synergie les organisations non gouvernementales pour mutualiser leurs efforts afin d’avoir une cohérence et un impact beaucoup plus grand sur le sort des populations ».

Pour l’expert congolais, les incompréhensions observées çà et là peuvent être éliminées grâce à une bonne répartition des rôles.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé