Société › Société

70ème anniversaire de l’Unesco: construire la Paix dans l’esprit des hommes et des femmes

A cette célébration, le Cameroun est représenté par la ministre de l’Education de base, Youssouf Hadidja Alim, par ailleurs Présidente de la commission nationale de l’Unesco, pour son pays

Les représentants des 195 Etats membres de l’organisation spécialisée des Nations Unies, en charge de l’Education, de la Science et de la Culture, sont rassemblés à Paris, dans le cadre de la 38ème Assemblée générale de la célèbre institution internationale. Le Cameroun est présent, à travers une forte délégation dirigée par Madame Youssouf Hadidja Alim, ministre de l’Education de base et Présidente de la commission nationale de l’Unesco, pour le Cameroun.

Du 3 au 18 novembre 2015, le siège de l’Unesco à Paris, prendra les allures d’une grande fourmilière. Mais celle-ci, a surtout des allures studieuses et par moments animée, par les représentations culturelles de plusieurs pays, soucieux de profiter de cet espace de grande visibilité, pour présenter leurs richesses culturelles.

En effet, pendant cette période, des centaines de délégués, en provenance de tous les pays membres, plancheront sur l’évaluation biennale des activités de l’Unesco.

En fait, au-delà des habituelles discussions sur la rationalisation des programmes, des difficultés de leur mise en uvre sur le terrain, et de la création de nouvelles structures placées sous son égide etc., ce sera l’occasion pour l’organisation, de se pencher froidement sur son fonctionnement, sept décennies après sa création. Depuis plusieurs années, les temps sont très durs pour l’Unesco, qui doit faire face à des contraintes budgétaires de plus en plus tendues, et à des interpellations des plus pressantes, pour remplir ses missions statutaires.

Cette 38ème Session se tient dans un contexte international difficile, dans lequel l’institution doit se projeter à travers la formulation et le déploiement de nouveaux agendas post-2015, et où les fondements même de sa création, à savoir contribuer à la construction d’une paix durable au niveau mondial, régional et national, à l’éradication de la pauvreté, au développement durable, et au développement interculturel, grâce à l’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information, s’ils apparaissent toujours évident pour tout le monde, leur diffusion et leur acceptabilité, au sein de la communauté internationale, sont de plus en plus menacées par des extrémismes de toutes sortes.

Youssouf Hadidja Alim, représentante du Cameroun à l’Assemblée de l’Unesco.
Droits réservés)/n

Depuis l’ouverture des travaux, le Cameroun s’est fait distinguer à différents niveaux :
Mercredi, 04 novembre 2015. C’était pratiquement la journée du Cameroun. D’abord en plénière au cours des débats de politique générale, Youssouf Hadidja Alim, ministre de l’Education de base et présidente de la commission nationale de l’Unesco pour le Cameroun, a présenté le Cameroun, comme un partenaire naturel de l’Unesco, avec qui il entretient d’excellentes relations denses et fructueuses depuis 1960. Elle a rappelé la dernière visite effectuée à Yaoundé en septembre 2014, par la Directrice générale sur invitation du Président de la république Paul Biya. Une visite au cours de laquelle, Mme Irina Bokova, a procédé à l’inauguration du Bureau Régional Multisectoriel de Yaoundé qui bénéficie d’une dotation annuelle de 150 millions de FCFA, entièrement inscrite au budget de la République du Cameroun. Elle a aussi remercié l’Unesco pour son soutien dans l’érection du Centre d’Excellence de Microscience (CEM), de Yaoundé, en Centre de catégorie II, sous l’égide de l’Unesco.

Toujours dans le même registre, La délégation camerounaise reste sereine, quant à l’aboutissement heureux du dossier du Centre International de Recherche Chantal Biya (CIRCB), qui ambitionne aussi de se voir ériger par l’Unesco en Centre de catégorie II.

Des représentants des 195 Etats membres de l’organisation spécialisée des Nations Unies.
Droits réservés)/n

Elle est aussi intervenue, dans le cadre de la réunion spéciale de haut niveau, en tant que Présidente du Comité Technique et Spécialisé (CTS) de l’Union africaine, sur l’Education, les Sciences et les Technologies, pour exposer à l’assemblée, un plaidoyer ambitieux, pour apporter la caution du continent, en faveur de l’adoption d’un cadre d’action de l’Education à l’horizon 2030, qui prend en compte les principales conclusions du dernier Forum mondial sur l’Education, qui s’est tenu en mai dernier en Corée du Sud.

En fin d’après-midi, de cette journée du mercredi 04 novembre, environ 500 délégués à la Conférence générale, se sont retrouvés dans l’un des plus grands restaurant de la Maison de l’Unesco, pour honorer la réception qu’offrait le ministre Youssouf Hadidja Alim, chef de la délégation camerounaise.

Et quand on sait que la cuisine camerounaise est l’une des plus prisées du monde, avec des plats comme le Ndolé, qui fait déjà partie du patrimoine culinaire de l’Unesco, on comprend l’engouement et la satisfaction conséquente des représentants des Etats.


Droits réservés)/n

Pour le Ministre de l’Education de base, Présidente de la Commission nationale pour l’Unesco «au-delà de la convivialité réciproque, nous voyons dans cette réception, un moment privilégié de partage et de dialogue interculturel». Profitant de cette occasion idoine, Mme YousSOUF Hadidja Alim, expose les principaux défis que le pays doit relever au cours de cette session :
«Je saisis cette occasion, pour vous rappeler que le Cameroun est candidat à quelques organes de l’Unesco, dont notamment le Conseil Exécutif, le Most (Programme de Management des Transformations Sociales), le PIDC (Programme International pour le Développement de la Communication) et le MAB (Programme sur l’Homme et la biosphère). Mon pays sait pouvoir compter sur votre soutien précieux, tout comme le soutien des pays amis. Je ne saurai clore cette rubrique, sans vous parler de notre candidat au Conseil Exécutif, le Professeur Ebénézer Njoh Mouelle».

Il faut aussi noter que le Cameroun, à travers la personne de son chef de délégation, présidera l’importante Commission des Sciences Humaines et Sociales (SHS).

Les participants et les observateurs à la 38ème Conférence générale de l’Unesco, auront la possibilité de suivre, à partir du lundi 16 novembre, le Forum des dirigeants, au cours duquel de nombreux chefs d’Etat et de gouvernements du monde, pourront prendre la parole pour parler de l’avenir du monde à travers les idéaux que promeut l’Unesco.

Prise de parole du ministre camerounais de l’Education de base.
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé