International › APA

888 milliards de FCFA générés par les industries extractives au Cameroun (rapport)

Les industries extractives ont gĂ©nĂ©rĂ© 888 milliards de FCFA dans les caisses de l’Etat du Cameroun Ă  la faveur de la signature de nouveaux contrats pĂ©troliers et la promulgation d’un nouveau code minier, a-t-on appris mercredi lors de la prĂ©sentation du rapport 2015 de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE).InitiĂ© par le ministère des Finances, le rapport souligne que les industries extractives en question portent sur le secteur pĂ©trolier, le transport pĂ©trolier, minier et gazier. Les revenus  ont Ă©tĂ© recouvrĂ©s par le TrĂ©sor public Ă  hauteur de 58%, les impĂ´ts 37%, la douane 7%, la SociĂ©tĂ© nationale des hydrocarbures (SNH) 1% et 0,8%  et par d’autres entitĂ©s.

Le nouveau code minier adoptĂ© en 2015 et promulguĂ© en 2016 introduit quelques nouveautĂ©s, entre autres, l’adoption de nouvelles règles ITIE qui invitent les entreprises minières Ă  se conformer aux exigences de la norme en la matière.

Pour ce qui est de la fiscalitĂ©, l’on fait Ă©tat d’un relèvement de la redevance superficiaire de 33%, d’un grand nombre de permis octroyĂ©s ainsi que la signature de nouveaux contrats de production dans le secteur pĂ©trolier, sans oublier la hausse de la production de plus de 30% atteignant 35 millions de barils.

A en croire des experts, cette progression n’a pas une eu une incidence positive au niveau des recettes, « en raison de la baisse des cours du pĂ©trole au niveau mondial ».


En outre, prĂ©cise le rapport, l’on note une progression de 42% dans le secteur du transport pĂ©trolier, grâce Ă  l’augmentation du volume transportĂ©.

En tout Ă©tat de cause, conclut le rapport, il faut nĂ©cessairement amĂ©liorer la gouvernance et la transparence sur l’utilisation prĂ©cise des ressources issues du secteur extractif, amĂ©liorer certaines procĂ©dures applicables, « ceci dans le but de maximiser le recouvrement des recettes au niveau du secteur extractif ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut