Football › Hors-jeu

Abdouraman Hamadou Babba, la menace dans l’ombre

Abdouraman Hamadou Baba, nommé président de la Commission ad-hoc chargée de l’organisation et du suivi des championnats de Ligue 1 et de Ligue 2

Le justicier du football camerounais est resté droit dans ses bottes ! Pour le président de l’Etoile filante de Garoua, le processus électoral en cours à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), est une simple mascarade.

Depuis une dizaine d’années, Abdouraman Hamadou Baaba a fait perdre le sommeil à plusieurs exécutifs de la Fecafoot. Une témérité qui fait dire à certains observateurs qu’il est le justicier par qui passera le salut du football au pays de Paul Biya.

Comme il en a pris l’habitude avec d’autres acteurs du football, il a saisi le Tribunal arbitral du sport (Tas) « pour contester ce faux processus électoral ».  Pour lui, sur le plan juridique, le processus électoral  qui va conduire à l’élection du président de la Fecafoot ce samedi 11 décembre, ne saurait concerner l’instance faitière de football camerounais dont le fonctionnement est régi par les statuts en vigueur adoptés le 16 mai 2012.

D’après lui, le processus électoral actuel à la Fecafoot  est organisé par des personnes sans mandats, sur la base des statuts et d‘un code électoral qui n’ont pas été adoptés par l’Assemblée générale légitime de la Fecafoot. Il est donc à craindre que les lendemains du 11 décembre ne nous plongent dans une autre nuit noire. Car, et comment ne pas le rappeler, les dispositions de certaines décisions du TAS restent inapplicables.

Pour l’ex-collaborateur d’Iya Mohammed, il ne fait l’ombre d’aucun doute que  l’affaire Fecafoot est loin d’avoir connu son épilogue. Aussi pense-t-il que ses alliés et lui obtiendront gain de cause au bout du compte. «Je suis convaincu que la FIFA pliera contre nous. Je peux expliquer le football au président de la FIFA Gianni Infantino. Lui c’est un financier, il ne connaît rien du football », explique-t’il.

Au regard du soutien que la FIFA et la CAF apportent à Seidou Mbombo Njoya, dans le conflit juridique qui l’oppose à certains de ses membres, le président de l’étoile filante de Garoua et ses alliés ne sont pas prêts de jeter l’éponge. Il a d’ailleurs, le 17 novembre dernier, écrit aux 211 fédérations membres de la Fifa pour dénoncer «les agissements  du président de la Fifa au Cameroun et en Afrique »

 « Quoi que disent ceux qui n’ont pas encore compris ou ceux qui refusent de comprendre ou encore les « haineux », la réforme majeure de la gouvernance du football mondial va être impulsée à partir du Cameroun », prévient-il.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé