Société › Société

Accident ferroviaire: «la responsabilité de Camrail est entière» (Jean-Marc Bikoko)

Selon le président de la Centrale syndicale du secteur public, le tort de Camrail réside dans la non-modernisation des chemins de fer et du matériel roulant et la surcharge

Le président de la Centrale syndicale du secteur public, Jean-Marc Bikoko, attribue à Camrail l’«entière» responsabilité du déraillement du train qui a fait au moins 75 morts et plus de 600 blessés, le 21 octobre 2016 à Eseka.

«Sa première responsabilité réside dans la non modernisation des chemins de fer camerounais après la concession en 1999 et leur maintien dans les normes coloniales. En effet, les voies du réseau ferroviaire camerounais sont très étroites, très loin des standards internationaux. Alors que l’écartement conventionnel conforme à la convention de Berne du 10 Mai 1886 est de 1,435 m (1435 mm), l’écartement du rail au Cameroun est de 1000 mm.

Sa deuxième responsabilité réside dans la vétusté et le mauvais état du matériel roulant dont la maintenance ne serait pas rigoureuse. Certaines sources évoquent à propos de cet accident «les freins du train qui auraient lâché». Le conducteur du train aurait appelé la gare pour le signaler. Certains survivants parmi les passagers affirment d’ailleurs avoir été surpris de voir le train rouler subitement à vive allure y compris dans les virages, suite à de fortes odeurs de brûlé et des bruits bizarres», a indiqué Jean-Marc Bikoko dans une interview publiée dimanche, 23 octobre 2016, sur le site humanite.fr.

Ce syndicaliste a également dénoncé la surcharge à laquelle l’exploitant du réseau ferroviaire national a consenti, vendredi, pour satisfaire la forte demande dans ses gares après l’effondrement de la route à Manyai sur l’axe Douala-Yaoundé Douala, faisant ainsi passer leur offre habituelle de 740 sièges à 1224 sièges le 21 octobre.

Le bilan privatisation des chemins de fer au Cameroun
«Le bilan de la privatisation des chemins de fer du Cameroun est globalement négatif. Avec Bolloré Africa Logistics comme actionnaire de référence, Camrail exploite le réseau ferroviaire du Cameroun depuis 0le avril 1999 dans le cadre d’un contrat de concession signé avec l’État du Cameroun. Dix-sept ans plus tard, aucune des missions dévolues à L’Office du chemin de fer trans-camerounais en termes de travaux de construction et de renouvellement des infrastructures n’a été réalisée», a souligné Jean-Marc Bikoko.

Selon lui, Le groupe Bolloré Africa Logistics a juste réorganisé le transport des marchandises et des personnes, rationalisé la gouvernance financière de l’ancienne Regifercam, importé de vieilles locomotives d’Amérique du nord qui correspondent à l’écartement du rail au Cameroun et repeint les vieux wagons existant. [i «Au vu et au su de tout le monde, avec la complicité des gouvernants actuels du Cameroun», martèle t-il.


Droits réservés)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé