CultureCulture › Arts visuels

Actualité culturelle en bref

Musique, exposition et cinéma sont au programme cette semaine

Musique: Simple Music Singers Band
Jeudi 29 mars à 20h00 à l’institut français de Douala
Né de la rencontre de passionnés de musique le SMS Band, crée par Jean Bardet et dirigé par Christian Mandengue compte parmi les plus talentueux musiciens du Cameroun: Patou Massock, Bill Mékarides, Bibi Blues, Georges Onana et Hélène Tchang .Leur répertoire coloré rock n’roll et blues californien reprend des standards mondiaux et des compositions originales.

Exposition: Les JDD (journées du développement durable)
Mercredi 28 mars à 14h à l’institut français de Douala. Les JDD de la Communauté urbaine de Douala se prolongent à l’IFC-Douala pour une activité de sensibilisation au développement durable en liaison avec la Soka Gakkai Cameroun (SGC) et le soutien de la Soka Gakkai International(SGI).

Lecture: « brûle zizi »
Mardi 27 mars au Goethe-institut de Yaoundé, le public est invité à écouter un texte de Kayabochan. « Brûle zizi » est l’histoire d’un homme qui finit par s’attirer la vindicte meurtrière de sa compagne à cause de son infidélité.

Cinéma: D’amour et d’eau fraîche
Mercredi 28 mars à 20h à l’institut français de Yaoundé
Julie Bataille, 23 ans, Bac+5, les petits boulots, elle n’en veut plus. Elle cherche un vrai travail. Lors d’un entretien d’embauche, elle croise Ben, qui lui a choisi de vivre au jour le jour d’expédients et de petits trafics .Il lui propose de venir passer l’été dans le Sud avec lui. Un drame réalisé par Isabelle Czajka, avec Pio Marmai et Anaïs Demoustier.

Musique: Tizeu en concert
Vendredi 30 mars à 20h à l’institut français de Yaoundé
Après leur succès à Yaoundé en juillet, les trois mousquetaires du Tizeu No Name Crew, Jiji Mensi, Mawatta Coeur Le Don et Djadjo Mensi reviennent à l’occasion d’une tournée dans tout le pays. Tizeu en Batié ou No name crew en anglais, signifient « sans identité ». Fondé en 1999 à Douala, le groupe Tizeu s’inspire de ses racines africaines, plus précisément bamiléké, pour construire avec les sonorités occidentales des mélodies afro urbanisées. Des rythmes d’origines diverses, et un ton revendicateur, enfoui dans la tradition africaine qui en est la souche.

Affiche de spectacle de Laetitia melody
journalducameroun.com)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé