› Eco et Business

Adamaoua: Carton plein pour la douane en 2011

Sur les 447 millions FCFA de prévision annuelle en 2011, 489 231 364 de francs ont été recouvrés, soit un taux de recouvrement évalué à plus de 109,44%

A l’échelle nationale, l’exercice 2011 a connu un accroissement substantiel des recettes douanières. Les recouvrements se chiffrent à 547,5545 milliards de FCFA avec un taux de réalisation national de 99,6%, sans tenir compte de 75,9 milliards des restes à recouvrer. Au moment où la douane camerounaise vient de célébrer de concert avec le reste du monde la 53e journée internationale de la douane le 26 janvier dernier sous le thème «les frontières séparent et les douanes rapprochent», les autorités du secteur douanier de la région de l’Adamaoua ont fait le point sur les performances de l’année écoulée. Sur 447 millions de FCFA de prévisions annuelles de recettes, 489 231 364 de FCFA ont été recouvrés. Ces résultats largement au-dessus des objectifs fixés, dénotent du dynamisme des unités en service déployées sur le terrain, nonobstant les multiples obstacles rencontrés.

Pour Todou Waziri, Inspecteur régional des douanes pour l’Adamaoua, malgré les bons points enregistrés au cours de 2011 au niveau du recouvrement des recettes douanières dans la région, de nombreuses difficultés n’ont pas manqué de se poser comme frein à la réalisation des missions de cette administration. Le manque de personnels, la vétusté du matériel roulant, surtout l’incivisme fiscal constituent les grands problèmes auxquels nos agents font face sur le terrain. L’Adamaoua qui partage une longue frontière avec la République Centrafricaine et le Nigéria dont le caractère poreux des frontières facilite le trafic illégal des produits et marchandises, la nécessité de trouver des solutions adéquates à ces difficultés s’imposent pour booster davantage les gains de la douane pour cette année 2012.

Le moins que l’on puisse dire c’est que la mise en place progressive du vaste programme de modernisation amorcé dans la secteur depuis 2008 au Cameroun, qui préconise la sécurité des douaniers dans l’accomplissement de leur missions sur le terrain par la mise à leur disposition des moyens vigoureux et modernes de protection et d’intervention, est ainsi en train de porter ses fruits. En cette année 2012, il faudra désormais compter avec la fermeture de la frontière terrestre entre le Cameroun et le Nigéria suite aux menaces de la secte islamiste Boko haram, qui aura certainement des implications économiques et commerciales néfastes. Ce qui n’augure pas un lendemain meilleur pour la douane dans le grand nord en général et dans l’Adamaoua en particulier. En attendant que la part des recouvrements annuels de chaque secteur des dix régions ne soit définie par la direction nationale, les conséquences de la fermeture de cette frontière se font déjà ressentir sur le terrain.

Pour Todou Waziri, Inspecteur régional des douanes pour l’Adamaoua
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé