Personnalités › Jeunes talents

Adango Salicia Zulu : petit bout de femme au talent de grands

Adango Salicia Zulu sur scène. ©Droits réservés

La chanteuse a donné un spectacle sur l’Escale bantoo du Masa 2018, le dimanche 11 mars dernier.

Son entrée sur scène n’a laissé personne indifférent. Tout dans sa posture dégageait de l’assurance, depuis sa coiffure (un afro avec des nattes qui débordent) jusqu’à ses bottes. Tout de noir vêtue, Adango Salicia Zulu est montée sur le plateau de l’Escale bantoo le 11 mars dernier pour exposer son talent aux diffuseurs et programmateurs de spectacles présents au Masa 2018. Son public venu du Cameroun qui croyait connaître ses capacités en a pris plein la figure. La jeune chanteuse gardait précieusement des ressources méconnues pour briller particulièrement ce 11 mars.

En reprenant d’emblée « Maega Men » (remerciements), Adango Salicia Zulu a pris son public par les tripes. Le titre chanté en bassa est un mélange de soul des années 80, de pop et de r’nb. Elle y raconte son histoire, ses origines gabonaises, ses rencontres et les grâces qu’elle rencontre au quotidien. L’on a tout de suite vu une artiste pleine d’assurance, sûre de son message, épanouie dans son corps et remplie de générosité.

Sans complexe, Adango Salicia Zulu, s’est fait plaisir dimanche. Elle a occupé la scène comme si elle y était née, arrachant des applaudissements d’un public subjugué par autant d’énergie dans la voix, dans le sourire et par autant de grâce dans le pas de danse. Son ticket pour la gloire était peut-être dans la foule. Alors, elle a tout donné, malgré des défaillances techniques au niveau du son.

Aujourd’hui, elle peut en être frustrée mais n’a pas à rougir. Sa prestation de dimanche a fait l’objet de nombreux commentaires positifs, notamment de Khadja Nin, la marraine de l’Escale bantoo. Parlant d’Adanga Salicia Zulu, l’interprète du tube planétaire « Sambolera » a confié : « J’ai pris une très grosse claque en la voyant. J’ai pleuré, mais ce n’était pas des larmes de tristesse. J’ai pleuré en me disant, si celle-là ne réussit pas, ça relèverait de l’injustice. Si vous la mettez dans un stade avec 50.000 personnes, elle les enlève. Elle est entre Angélique Kidjo, Brenda Fassie et Tina Turner. Cette jeune femme est de la graine de grandes stars ».

A 30 ans, Adango Salicia Zulu a fait du chemin au Cameroun où elle vit. Membre du collectif Hip-hop développé (avec Danielle Eog, Lady B et Teety Tezano), elle aura collaboré avec de grands noms de la musique camerounaise dont Ekambi Brillant (pendant sept ans), avant de lancer sa carrière solo. La sortie, en 2014, de son premier single « Maega Mem », marque officiellement cette étape de sa jeune carrière. Elle chante aussi en français, en anglais et en pidgin english (de l’argot anglais parlé au Cameroun). Son style mélange différents genres musicaux (jazz, soul, pop, reggae), mais la base en est son origine bantou.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut