Culture › Livres

Adler Entrepreneurship: Philomène Atyame reçoit le « Special Award 2011 »

Le prix lui a été décerné ce 3 décembre 2011 à Bonn par la Fondation African Youth (AYF)

Elles étaient au total une vingtaine de nominées au rendez-vous de Bonn en Allemagne. Sur la vingtaine, seule une dizaine d’entre elles, s’est vue récompensée publiquement, et seuls six ont été désignés WINNERS du « ADLER Entrepreneurship AWARDS 2011 ».
On peut citer entre autres les deux « ADLER AWARDS » décernés respectivement à l’écrivain sénégalais Ibrahima Ndiaye et à l’assistante sociale ghanéenne Elisabeth Moeller, et les deux « SPECIAL AWARDS » décernés au manager Camerounais Clement Nkamanyi et à l’écrivaine camerounaise Philomène Atyame.
Après le doublé de l’écrivain camerounais André Ekama en 2007 et 2009, c’est l’écrivaine Philomène Atyame qui remporte cette année le « SPECIAL AWARD » décerné pour la première fois à la catégorie « AUTEURS » par la Fondation AYF (AFRICAN YOUTH FOUNDATION). Créée en 2005 en Allemagne sous la supervision de Dr. Paulyn Jansen, Chef du Bureau Exécutif, cette Fondation s’est fixée pour objectif la reconnaissance publique des savoirs et talents africains (actifs dans les diasporas ou en Afrique) comme véritable richesse et potentiel économique de l’Afrique.
Philomène Atyame, Camerounaise issue de la Diaspora de Hambourg et actuellement enseignante des lettres allemandes au Département d’Etudes Germaniques de l’Université de Yaoundé I, est depuis des années une référence pour la Diaspora africaine vivant en Allemagne. Elle compte parmi ceux-là qui font briller le continent africain en Allemagne, ceux qui, à travers leur succès scolaire, académique, professionnel et surtout leur engagement social tant dans la diaspora qu’en Afrique, font tomber un grand nombre de préjugés raciaux qui pendant des années ont terni l’image de l’Afrique et des Africains en Occident.

« Ohne Fleiss, kein Preis ». « No pains, no gains ». C’est après un long parcours germanqiue, marqué par de brillantes études, de multiples efforts d’intégration des étudiants étrangers à Hambourg, et d’un engagement particulier dans l’enseignement supérieur et dans les activités culturelles de l’Institut Goethe au Cameroun, que Philomène Atyame se verra remise comme meilleure écrivaine africaine d’expression allemande un « Special Award », le plus grand prix décerné par l’Initiative AFRICAN YOUTH FOUNDATION. Sa dissertation, intitulée « Nonkonformismus und Utopie in Wolfgang Koeppens Nachkriegsromantrilogie » est publiée en 2001. Un an après, paraît son premier roman « Abengs Entscheidung » (2002), suivi respectivement du récit « Mord ohne Anklage » (2006), du roman « Salomos Söhne » (2009), du récit « Die Geheimnisse meiner Zunge » (2010) et de sa traduction « Les secrets de ma langue » (2011).

Comme toute écrivaine africaine aspirant à l’épanouissement de son continent à travers une correction préalable de l’image du continent en Occident et une auto-critique visant des changements de comportement tant individuel que social dans les pays africains et leurs diasporas à l’étranger, Philomène Atyame est convaincue que ses uvres littéraires peuvent jouer à la fois le rôle de correcteur des pensées populaires et celui de catalyseur des transformations humaines des sociétés africaines. Elle sait également que toute seule, elle ne pourra pas atteindre ses objectifs; elle entre alors en collaboration avec d’autres écrivains africains d’expression allemande, parmi lesquels les Camerounais Kum’a Ndumbe III., André Ekama, Daniel Mepin et Kolyang Dina Taiwe. Sa collaboration avec l’écrivain et éditeur Nkum’a Ndumbe III se concrétisera par la publication des « Secrets de ma langue » chez AfricAvenir à Douala en 2011. La même année, sa collaboration avec l’écrivain André Ekama se matérialise par la publication du livre « Kameruner in Deutschland: Eine lange Geschichte ».
Ensemble, en collaboration avec l’Institut Goethe de Yaoundé, ces écrivains camerounais d’expression allemande jettent actuellement au Cameroun, les bases d’une association qui leur servira de repère, de point de connection aux autres associations, organisations et réseaux africains dont l’objectif est entre autres un épanouissement des communautés africaines tant en Afrique qu’en Europe.

La Camerounaise Philomene Atyame est une référence littéraire pour la diaspora camerounaise en Allemagne
journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé