Société › Société

Affaire Ahmed Abba: les experts requis par le parquet absents du procès

Les deux experts en cybercriminalité avaient été désignés par le juge pour l’examen des scellés, notamment: une unité centrale, une clé USB, un téléphone portable, un GPS et certains documents

Après la défection, le 03 août dernier, des témoins annoncés par l’accusation, les experts commis par le tribunal ont eux aussi brillé par leur absence à l’audience de mercredi, 07 décembre 2016, dans l’affaire opposant le ministère public au correspondant en langue haoussa de RFI Ahmed Abba.

Bell Bitjoka et un autre spécialiste en cybercriminalité avaient été désignés le 19 octobre dernier par le juge Edou pour examiner les scellés qui avaient été saisis au moment de l’interpellation d’Ahmed Abba. Ce sont notamment : une unité centrale, une clé USB, un téléphone portable, un GPS et certains documents.

Ils étaient attendus dès mercredi pour défendre leur rapport d’expertise au cours des interrogatoires et contre-interrogatoires menées par les deux parties.

Les concernés devraient au préalable avoir déposé leur rapport au tribunal. Le délai pour le faire a été prolongé au 18 décembre. A cela, la défense a réagi en annonçant un recours auprès de la Cour pour une relaxe d’Ahmed Abba si le délai venait une nouvelle fois à ne pas être respecté.

La désignation des deux spécialistes cités avait été décidée en réponse à quatre demandes formulées par la défense en vue de l’annulation du recours au rapport d’expertise produit par Bell Bidjocka, sur demande du commissaire du gouvernement, et de son intervention à la barre en qualité de témoin.

«Un mois de plus qu’Ahmed Abba passera en prison. Voilà comment nous réagissons. Depuis maintenant 16 mois, notre correspondant en langue haussa à Maroua est emprisonné. D’abord en secret, ensuite dans un processus judiciaire qui dure depuis plus d’un an. Nous sommes convaincus de son innocence, le dossier est vide. Les expertises qui ont été demandées et pour lesquelles un nouveau délai a été donné, vont être faites sur du matériel qui a été déjà été souillé. Donc pour nous, c’est un délai encore trop long pour qu’un homme innocent reste en prison. Et nous demandons, comme l’ont fait nos avocats lors de cette audience, la relaxe d’Ahmed Abba, sa remise en liberté. 17 mois de prison à la date de la prochaine audience c’est beaucoup trop long pour un innocent», a déclaré la directrice générale de cette radio française, Cécile Mégie, cité sur le site de RFI.

Ahmed Abba est en prison depuis un an quatre mois et huit jours. Il a été arrêté dans une ville de l’extrême nord du Cameroun le 30 juillet 2015. Il est accusé de «complicité d’actes de terrorisme» et de «non-dénonciation», dans le cadre de sa couverture des attaques de Boko Haram. Il attend depuis lors son jugement.

La reprise de son procès mercredi, aurait permis l’ouverture des débats sur des questions de fonds. Seulement, l’absence des experts a conduit à un nouveau report de l’audience. Elle se tiendra le 17 janvier 2017.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé