› Société

Affaire du « riz en plastique » : AFM claque la porte du GICAM

Du riz Broli.

L’importateur des marques « Armanti » et « Broli » proteste contre « le silence coupable » du patronat, sur la polémique qui a impliqué ces produits.

Evariste Helle ne décolère pas. Dans une correspondance datée du 8 janvier, le Président directeur général de Africa Food Manufacture (AFM) fait savoir au président du Groupement Inter-patronal du Cameroun (GICAM) qu’il résilie son adhésion à cette organisation.

Evariste Helle rappelle que « depuis quelques mois, [notre] entreprise (AFM) membre du groupement est la cible de plusieurs campagnes de diffamation et de manipulation orchestrées par un acteur mauvais perdant, dont la seule stratégie se résume à l’hégémonie quasi-monopolisée ».

Et dans ce conflit, le Pdg pointe le « silence aussi complice que coupable » de cette organisation patronale et déclare que les intérêts de AFM ne sont plus liés à ceux du GICAM. D’où cette « résiliation d’adhésion ».

Dans sa réponse à la correspondance, le GICAM dit regretter cette décision « aussi subite qu’incompréhensible ». Le groupement rappelle – à sa décharge – n’avoir jamais été saisi d’une demande d’intervention. Le GICAM, rappelle cependant qu’il a été par le passé au côté de AFM, dans une affaire d’huiles végétales prétendues cancérigènes qui opposait cet importateur au gouvernement.

AFM a été au cœur d’une polémique fin 2018. Des consommateurs lui reprochait d’importer du « riz en plastique » à travers les marques Armanti et Broli.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut