Sport › Football

Affaire Ebossé: le procureur de Tizi Ouzou promet de donner «les explications-nécessaires»

Suite à la publication des conclusions de l’autopsie faite au Cameroun, le ministre des Sports algérien demande d’attendre le rapport de la justice. Ce sera «d’ici quelques jours»

Du Cameroun, les parents du joueur et un médecin (André Mouné) et de Paris (maître Bertrand avocat de la famille Ebossé) qualifient la mort d’Ebossé d’«assassinat prémédité» et accusent les parties algériennes (parquet de Tizi Ouzou, le médecin légiste qui a procédé à l’autopsie, la Fédération algérienne de football, la JS Kabylie) de vouloir étouffer l’affaire et surtout d’avoir maquillé les circonstances et raisons qui ont entraîné la mort d’Albert Ebossé. Graves et lourdes sont ces accusations proférées à l’encontre de la partie algérienne.

Le médecin légiste camerounais, André Mouné, donne une version sur les circonstances du décès du joueur de la JSK qui fait froid dans le dos. Il décrit, avec détails, les circonstances dans lesquelles «Ebossé a été assassiné», même s’il n’était pas présent sur les lieux du drame.

Le 25 août 2014, deux jours après le décès d’Albert Dominique Ebossé Bodjongo Dika, le procureur de la République près le tribunal de Tizi-Ouzou avait annoncé les résultats préliminaires de «l’autopsie» du joueur effectuée en Algérie, soutenant que la mort était survenue suite «à un traumatisme causé par un objet contondant et tranchant» ayant provoqué «une hémorragie interne». L’objet, dans la version du procureur, serait parti des tribunes. Une vidéo diffusée sur Internet peu après l’annonce du décès de cet attaquant de la JS Kabylie semait pourtant le doute, laissant voir un Ebosse marchant sereinement au moment d’entrer dans le tunnel qui mène aux vestiaires. D’après la vidéo, l’incident serait survenu dans ce tunnel, thèse qui se rapproche de la conviction de la famille du joueur au Cameroun.

Contacté par Liberté Algérie, lundi dernier, 15 décembre, le procureur de la République près le Tribunal de Tizi Ouzou, Mohamed Tayeb Lazizi, a indiqué «toutes les explications nécessaires liées à cette affaire» seront apportées «d’ici quelques jours».

Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, a indiqué hier à Alger qu’«il faut attendre le rapport final de la justice algérienne» pour pouvoir s’exprimer clairement sur l’affaire du joueur Albert Ebossé. «Nous n’avons aucun commentaire à faire sur la mort d’Albert Ebossé. Le dossier est actuellement entre les mains de la justice algérienne. Tout ce qui est rapporté ici et là,ne sont finalement que des articles de presse», a déclaré M. Tahmi en marge d’une réunion de travail avec les directeurs des instituts du sport.

«Les faits se sont produits en Algérie et l’attaquant camerounais évoluait au sein d’un club algérien, ce qui nous implique davantage à chercher la vérité dans la mort d’Ebossé», a précisé le ministre.

Concernant la déclaration du père du joueur relative à la somme de 100 000 dollars promise par la Fédération algérienne de football (FAF) et la Ligue nationale de football professionnel et qu’il n’a pas reçue, le ministre des Sports a indiqué que «cette affaire concerne la FAF et le club, c’est à eux de clarifier les choses».

Albert Ebosse Bodongo portait les couleurs de la JS Kabylie au moment de son décès
liberte-algerie.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé