Opinions › Tribune

Affaire Enonchong: Réponse aux publications de Charles Abi Enonchong.

Par Richard Takang Enonchong

Cher Madame, Monsieur,J’ai l’insigne honneur de venir auprès de vous en mon nom propre et au nom de mes frères et s urs vous soumettre, les informations et faits suivants afin de vous éclairer relativement aux affaires concernant la Succession Enonchong ; Maitre Dr. Henry N. A. Enonchong , notre feu père, est décédé le 26 Juin 2008 ; Le 7 Juillet 2008, un certain Charles ABI Enonchong , venant d’entrer le territoire du Cameroun du Nigeria, s’est fait établir un faux acte de naissance à Tiko daté du même jour, établissant qu’il est le fils du dé cujus ; Curieusement son acte de naissance obtenu à titre posthume fait mention d’un jugement supplétif établi le 8 juillet 2008, c’est-à-dire, un jour après l’établissement de l’acte de naissance ; Ainsi muni de ses fausse pièces, le dénommé Charles ABI Enonchong se fait établir une carte d’Identité Nationale Camerounaise en Octobre 2008 ; Le 1er Septembre 2008, il a brandit un acte de mariage obtenu à titre posthume ; Le Maire de Buea, Monsieur MBELLA MOKI Charles, a dénoncé ce faux acte de Mariage dont ce prévaut Madame Florence Nancy EBAI OROCK suite aux entreprises de son fils Charles ABI, et Monsieur le Maire a surtout décrié le faite qu’on lui aurait proposé la somme de 6.000.000 (Six Millions de Francs CFA) puis 12.000.000 (Douze Millions de Francs CFA) et jusqu’à 20.000.000 FCFA à une autre occasion pour authentifier ce faux acte de Mariage qui n’avait jamais existé dans les archives du Centre d’Etat-Civil de Buea – mais ce brave patriote Camerounais a refusé de céder à la corruption.

En définitive, se prévalant essentiellement des fausses pièces suscités, de décisions de justice obtenu à notre insu avec les fausses pièces sus évoqués, et de procès verbaux d’Assemblés Générale Extraordinaires illégales lui désignant Directeur ou Administrateur de sociétés où il n’a pas qualité, Mr. Charles Abi avec la complicité de certains va user de la ruse et du mensonge pour s’accaparer de la vaste majorité des biens (meubles et immeubles) et détourner les fonds de la Succession Enonchong bloqué dans des comptes bancaires. C’est ainsi que le compte personnel de feu notre père à la National Financial Crédit (N.F.C.) Bank S.A, a par miracle été dépouillé de la somme de 300.000.000 (Trois Cents Millions de Francs CFA), malgré la contrainte de l’ordonnance N° 1040 du 01/09/2008 du Tribunal de Première Instance de Yaoundé – Centre Administratif, bloquant les fonds, pourtant ladite ordonnance jusqu’à ce jour ne souffre d’aucune rétraction. Le 23 Décembre 2010, Charles Abi en complicité avec la N.F.C. Bank S.A. a réussi à soutiré la somme de 200.000.000 (Deux Cents Millions de FCFA) du bon de caisse N° 0198407 au nom de la société ABANE GLOBAL BANK PLC, malgré divers procédures en oppositions d’un telle retrait, et malgré un communiqué fait par tout les enfants Enonchong contre Charles Abi Enonchong . Notre s ur, Rebecca EBANGA Enonchong , nous a rapporté le faite que le 11 Mars 2010, le Colonel Paul Hakassou de la Légion du Littoral à perçu un cheque N° 601089 d’une somme de 200.000 (Deux Cents Mille F CFA) du compte N° 08002000572 de Charles Abi Enonchong situé à la UBA, ce qui peux expliquer pourquoi dans la nuit du 10 janvier 2011, aux environs de 20 heures à 22 heures, quand une patrouille de la Gendarmerie interviens dans le quartier de Bonapriso ver Energy Club pour préserver la paix, dans des circonstances ou Charles ABI a demandé à une cinquantaine de « gros bras » d’empêcher Jean Sylvain OUM et Rebecca E. Enonchong d’occuper des appartement appartenant en toute propriété à leur défunt père, le Colonel Paul Hakassou par le téléphone de Charles ABI ordonne ladite patrouille de la Gendarmerie de ne pas agir et de quitter les lieux. Lesdits « gros bras » on menacé, violenté et agressé Rebecca E. Enonchong , Jean Sylvain Oum et Richard T. Enonchong à Bonapriso pour plus d’une semaine afin de les empêcher d’occuper des appartements appartenant en toute propriété à leur défunt père. Nous, les enfants de feu Chief Dr. Enonchong , faisons constamment l’objet de menaces et d’agression des complices ou hommes de mains de Charles ABI qui veux tout seul s’accaparer et s’approprier de nos biens successoraux, et qui se joue de la loi et la justice au Cameroun en engageant divers procédures vexatoires aux fins de nous écarter de la succession du patrimoine de notre défunt père. Attendu que le Tribunal de Grande Instance du Wouri, Douala, par jugement avant dire droit N°735/ADD du 6 juin 2011, s’est déclaré juridiction compétente ratione loci pour connaitre de la succession de feu Maître Dr. Henry N. Enonchong (décédé le 26 juin 2008 à Douala) et a désigné trois (03) coadministrateurs. Que Charles Abi Enonchong initiera les défenses à exécution contre le susdit jugement avant dire droit, mais qu’en date du 28 Mai 2012, la Cour d’Appel du Littoral vidant son délibéré et saisie de la susdite procédure des défenses à exécution, a déclaré irrecevable la requête de Charles ABI et l’a condamné aux dépens. Que l’ordonnance N°376 de Monsieur le Premier Président de la Cour Suprême rendue en date du 13 Septembre 2011 a déclaré irrecevable la requête aux fins de sursis à exécution déposée par Charles Abi Enonchong en date du 22 Juin 2011. Que néanmoins, Charles ABI continue à s’accaparer tout seul de tous les biens de la succession de feu Maître Dr. Enonchong et multiplie des procédures vexatoires devant la Cour Suprême du Cameroun et d’autres juridictions en son nom propre ou en utilisant le nom de sa mère, Dame Florence Orock Ebai, pour créer des dilatoires et spolier le patrimoine du dé cujus à l’exclusion des ayants-droit de ladite succession. Qu’il perçoit tout seul les loyers de plus d’une vingtaine d’immeubles appartenant à la succession Enonchong malgré la désignation de Monsieur le Greffier en Chef du Tribunal de Première Instance de Douala – Bonanjo en qualité de Séquestre des Loyers du céans. Que vu ce qui précède, il est clair que Charles ABI n’a pas qualité à administrer ou prendre tout seul des décisions ou engager des actions de façon solitaire pour le compte de la succession Enonchong. Que cependant, nous souffrons énormément de l’habilité de cet individu récalcitrant à profiter de la lenteur judicaire et à instrumentaliser la justice en initiant des multiples procédures et en obtenant plusieurs ordonnances gracieuses ou jugements relatives à la succession Enonchong devant divers juridictions du Cameroun, tout en complicité avec certains Magistrats et à l’insu des autres coadministrateurs et ayants-droits de la succession. Que c’est ainsi qu’une liste d’appels téléphoniques produite au cours d’une procédure en justice a révélé la complicité du Magistrat Mukete Tahle Itoe qui a délivré un jugement du Tribunal de Première Instance de MUNDEMBA pour retirer une somme faramineuse 740.000.000 FCFA auprès des comptes de la N.F.C. Bank situé à la BEAC – ledit Magistrat échangeait des appels journalier avec son complice Charles Abi pour savoir si ce dernier s’était déjà accaparée de sa part du butin de leur hold-up bancaire. Que suite à cela, nous avons déjà informé Son Excellence Monsieur le Ministre de la Justice et la Commission National Anti-Corruption de ces actes et nous sommes bien informés que des enquêtes sont en cours pour découvrir la complicité de tout Magistrats mêlés à des actes de corruption avec Charles ABI Enonchong . Que les man uvres frauduleuses de Charles ABI avaient été dénoncées en temps opportun auprès des autorités compétentes, et qu’il est poursuivi pour les infraction de dissimulation de procédure, de faux en écriture publique et authentique, ce qui aurait donné suite à une procédure d’Ordonnance de Renvoi du 28 Novembre 2010, pendante devant la Tribunal de Première Instance de Douala-Bonanjo relative particulièrement à la fabrication d’un faux acte de naissance pour octroyer la qualité d’ayant-droit et la fabrication d’un faux acte de mariage pour sa mère après le décès de feu Maître Dr Enonchong . Toute en restant à votre entière disposition pour toute information complémentaire que vous trouverez nécessaire, et dans l’attente, veuillez croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de notre considération respectueuse.

Richard Takang Enonchong
africapresse.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut