Opinions › Tribune

Affaire Eto’o et Nathalie Koah: « De Koah je me mêle! »

Par Hiondi Nkam IV

De Koah je me mêle !
C’est reparti pour un tour. Samuel Eto’o et son ex amante Nathalie Koah viennent de franchir un nouveau cap dans ce thriller dramatique qui tient une partie du peuple camerounais en haleine depuis une vingtaine de mois. Le fer vient à nouveau d’être porté par Nathalie Koah sous la forme d’un livre révélation à paraitre ce 18 Février et dont le titre, Revenge Porn, en dit long sur la texture et le fond.

Comme bien de camerounais, j’observais jusqu’ici ce mélodrame sentimental entre deux êtres à la sexualité débridée avec la distance que commandent les errements de lendemains amoureux qui déchantent. Pas un chat à fouetter, le peuple a d’autres problèmes. Mais le livre de l’ancien agent d’escale de Camair-co (largement diffusé sur internet avant sa sortie officielle) invite à un recadrage éthique dans une société cannibalisée par les chantres de contre-valeurs.

Face à un tel déferlement d’obscénités et de débauche sexuelle on est bien forcé de s’interroger sur les ressorts et les enjeux d’une affaire qui a transformé une fille anonyme du quartier Nkoldongo en véritable bête médiatique. Alors de Koah je mêle ?

Ascension par le c.
Je me mêle de cette affaire pour dénoncer l’appétit vorace d’une fille prête à tout pour s’ouvrir le paradis factice du luxe, des traces et des paillettes. Rien dans le parcours de Nathalie Koah n’inspire le respect. Dans son propre témoignage, on découvre une femme obnubilée par l’argent et qui enchaine des conquêtes sulfureuses pour décrocher le graal. Apôtre de l’ascension par le cul, elle n’a rien ménagé pour assouvir sa passion bestiale pour l’accumulation matérielle. Au contact de la star Eto’o, elle frémit et plaque son petit ami qui était pourtant prêt à l’épouser. Quand elle découvre les curieux penchants sexuels de la star, elle ne le quitte pas. Mieux, elle s’y accommode et couche dans le domicile que le footballeur partage avec sa compagne Georgette à Barcelone.

Excédée dit-elle par la pression d’un Eto’o qui lui commande de sales besognes sexuelles, c’est dans les bras d’un autre illustre Casanova fortuné (Fally Ipupa) qu’elle va se consoler. Et quand son ex-amant décide de la jeter en pâture sur la toile, c’est un haut fonctionnaire du pays (qu’elle nomme « qui tu sais ») qui lui donne 20 millions de FCFA pour voyager et se refaire une santé morale.

Quelle veinarde ! Insatiable, l’ex amante de l’ancien capitaine des Lions s’est clairement lancée dans une vaste entreprise chrématistique de son idylle clandestine. Outre qu’elle engrange des prébendes des « ennemis d’to’o », elle a lancé une ligne de sous-vêtements (pour femmes libres ?) et aurait signé deux juteux contrats pour un livre et un film relatifs à son aventure avec le footballeur. Quand sortira-t-elle de cette Eto’o dépendance marketing ?

Le leurre du prince fortuné
De Koah je me mêle pour m’indigner de cette dérive éthique qui balise aujourd’hui la vie de jeunes camerounaises. Tant et si bien qu’on s’interroge sur l’hostilité et le rejet que suscite Nathalie Koah au sein d’une bonne frange de la population féminine du pays. Si bien de femmes sont contre Nathalie parce qu’elle représente ce que la femme a de plus avilissant, une autre franche se mord les doigts et les lèvres de ne pas avoir été à cette « illustre place ».

J’en appelle donc à un sursaut éthique chez nos jeunes filles pour qu’elles réapprennent le sens de l’effort par le travail et l’engagement total sur un projet éducationnel qui reste le vrai gage objectif du succès et de l’ascension sociale. La pauvreté ambiante n’excuse pas l’obsession matérialiste et d’ailleurs le prince charmant fortuné n’arrive qu’une fois sur mille. C’est à Polytechnique, au CUSS, dans nos Universités et Grandes Ecoles que se trouve l’élite féminine de demain. Pas à la Sanza, au Byblos ou dans quelque couloir libidineux qui donne droit à un lucre aussi factice qu’éphémère.

Le Roi est nu
Pour ce qui de Samuel Eto’o qu’il me soit permis de réitérer ce que j’ai déjà dit au sujet de ce Roi des tropiques et qui m’a valu les balles (en caoutchouc) de sa garde prétorienne médiatique. Cette icône du football mondial s’est malheureusement confondue dans un délire mégalomaniaque qui lui a fait perdre la mesure des choses. Demander à une femme de lui rendre les cadeaux qu’on lui a offerts parce qu’elle décide de rompre relève de l’enfantillage. Contraindre son ex amante à des journées de garde à vue dans les cellules infestes de Yaoundé parce qu’elle ne veut pas vous envoyer des photos de nu d’un rival fait penser à un totalitarisme quasi névrotique. Exposer la nudité d’une femme -fut-elle une prostituée de luxe- pour la salir a tout à voir avec la barbarie. Je reste fasciné par le sublime footballeur mais ce Roi revanchard aux accès de colère épidermiques m’exècre. Sa cité ensauvagée est une réplique de Sodome et Gomorrhe que nous ne souhaitons pas pour notre progéniture.

Loin des contempteurs et autres persifleurs intéressés qui veulent une fois de plus capitaliser de ce conflit nauséabond, nous invitons tout simplement nos deux tourtereaux d’hier à faire amende honorable devant le peuple dont ils se sont montrés indignes et à tourner la dernière page de ce roman scatologique.

Samuel Eto’o et Nathalie Koah.
Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé