› Personnalités

Affaire « homosexualité de Kamto » : Messanga Nyamding sort de son silence

Poursuivi pour diffamation, Pascal Messanga Nyamding s’est fendu ce 13 janvier d’une déclaration afin de confondre ses détracteurs et clarifier sa position.

Pascal Messanga Nyamding s’est enfin exprimé ce dimanche 13 janvier, concernant le procès qui l’oppose à Maurice Kamto au Tribunal de Première Instance de Yaoundé Centre Administratif. Celui qui est enseignant à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) n’est pas passé par quatre chemins pour répondre à ses détracteurs qui l’accuse de mensonge à propos de la vidéo qu’il dit détenir montrant Maurice Kamto en pleins ébats sexuel avec un jeune homme.

Annoncé absent au tribunal lors de la première audience tenue le 8 janvier, Pascal Messanga Nyamding a tout d’abord adopter une posture silencieuse avant de répondre ce dimanche très tard dans la nuit. « Depuis quelques temps, la haine, le mensonge et le déterminisme ethnofasciste, voire ethnopolitique se sont emparés de certains aigris. Voyant que l’indifférence et le respect pour les camerounais patriotiques ne nous laisse pas de marbre, nos ethnofascistes malgré eux se sont transformés en réalisateurs de films de fiction au point d’obtenir la palme d’or pour deux raisons » a affirmé le politologue.

A l’en croire, plusieurs internautes ont menti concernant cette affaire sur les réseaux sociaux. « Étant eux-mêmes des « partisans du derrière », ils ont monté toute une scène fictive, dénigrante et plus encore ridicule, donnant l’impression que mon « personnage » dialoguait avec un juge. Ce montage grossier et surréaliste, tiré d’une réflexion ethnofasciste peine à faire croire à l’opinion que devant la barre j’ai été amené à comparaître suite à une plainte de « l’homme du derrière ». Je voudrais rassurer ceux qui croient encore à l’éthique et à la vertu dans les réseaux sociaux que cette description en un montage totalement faux, sorti de cervelles à l’évidence pas très « grises », a conclu le membre du comité central du RDPC.

Rappelons qu’Olivier Bibou Nissack, Porte Parole de Kamto a annoncé la semaine dernière le renvoi de l’audience le 26 février prochain. Une information qui avait en un temps-record fait le tour des réseaux sociaux et avait conforté les partisans du président du MRC de ce que la vidéo dont disait détenir le cadre du RDPC n’existait pas.

 

 

 

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut