Opinions › Tribune

Affaire Ibrahim Belo: le Minas opte pour la confrontation

Ibrahim Bello, photo d'illustration ©Droits réservés

Deux mois après l’amputation de ses jambes le jeune de 17 ans, victime de torture policière, se trouve toujours interné à l’hôpital alors qu’il devait être accueilli au CNRPH pour sa rééducation fonctionnelle.

Mandela Center, porte Ă  l’attention de la communautĂ© nationale et internationale, Qu’en date du 19 juillet dernier, une forte dĂ©lĂ©gation du Consortium des Ongs des droits de l’Homme mobilisĂ©es autour de l’affaire Ibrahim Bello, sous la houlette de Mandela Center, s’est rendue au Cabinet de Mme le Ministre des Affaires Sociales (Minas);

Que l’objet de l’audience était de lui rappeler les engagements fermes que l’Etat Camerounais a pris vis-à-vis de ce jeune camerounais, victime des actes de torture de la part de ses agents en fonction le 05 février 2017 à Ombessa;

Qu’une fois la demande remplie à 12h49mn, la délégation a fait un sit–in jusqu’à 18h sans suite, étant donné que le chef du département ministériel reçoit exclusivement le mercredi de 11h à 13h;

Qu’à ce jour, le Consortium n’a eu droit qu’à un froid silence de Mme Nguene née Kendeck Pauline Irène;

Qu’il convient de rappeler que malgré la cicatrisation complète de toutes ses plaies depuis plus de deux mois, Ibrahim Bello est toujours «prisonnier» au Pavillon Haut Standing VIP de l’Hôpital Central de Yaoundé aux frais du contribuable camerounais ;

Qu’il devrait déjà être au Centre national de réhabilitation des personnes handicapées Cardinal Paul Emile LEGER (CNRPH) de Yaoundé aux fins de sa rééducation fonctionnelle suivie d’un appareillage ultramoderne (fauteuil roulant et prothèses de dernière génération), sa prise en charge psychosociale et sa reconversion socio-professionnelle;

Eu égard à tout ce qui précède, Mandela center:

  • Regrette sincèrement la voie de la confrontation avec les Ongs des droits humains vers laquelle le Minas veut entrainer le gouvernement camerounais et dont les consĂ©quences sur le plan international seront incommensurables;
  • Exprime son exaspĂ©ration totale face Ă  une telle attitude antirĂ©publicaine d’un ministre qui inhibe la volontĂ© du chef de l’État camerounais;

  • Exige, toujours, avec plus de plus de plus de fermetĂ©, le transfèrement de Ibrahim Bello au CNRPH dans les tous prochains jours prochains jours prochains jours; avise l’opinion que le Consortium est dĂ©terminĂ©, Ă  voir l’Etat camerounais assumer pleinement ses propres engagements ;
  • Rappelle, avec insistance au gouvernement de la RĂ©publique, que dans le concert du droit international, un État qui refuse obstinĂ©ment d’assumer les engagements qu’il a librement consentis, cesse d’être un État de droit et s’apparente Ă  un «État voyou».

 

Fait à Yaoundé, le 24 juillet 2017
Le Secrétaire Exécutif Permanent du CAJ

Jean Claude FOGNO

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut