Politique › Institutionnel

Affaire Inoni Ephraïm: L’ancien PM expose Jean Marie Atangane Mebara

Dans son témoignage devant les juges du Tribunal Criminel Spécial, Inoni Ephraïm sans citer de nom, a dénoncé celui qui a été son ancien patron à la présidence

Le procès d’Inoni Ephraim, ancien Premier Ministre du Cameroun mais surtout ancien Secrétaire Général Adjoint (SGA) numéro 2 à la Présidence de la République s’est dédouané des accusations portées contre lui, indexant dans certains cas sans le nommer, d’autres responsables présents au moment des faits. « Je n’ai jamais collaboré avec Mebara, encore moins avec le nommé Otélé Ossomba», a déclaré Inoni Ephraim. Mais plus loin lorsqu’il est interrogé sur l’identité de celui qui a utilisé les fonds de la Présidence en vue de liquider un marché «illégal», l’ancien SGA a donné une réponse simple, mais bien orientée. « Seuls les chefs de structures sont les ordonnateurs de budget. Il n’existe pas d’ordonnateurs délégué», a-t-il fait savoir laissant voir que de sa position, il ne pouvait pas donner l’ordre de payer une facture, seul le pouvait Mebara, qui à l’époque occupait le poste de Secrétaire Général de la Présidence, donc était son chef. L’ancien premier ministre a aussi répondu à certains autres éléments d’accusation qui sont portés à son encontre. Il reconnait par exemple avoir été à la tête du conseil d’administration d’Ansett Portofolio Management le cabinet d’audit accusée dans cette affaire mais explique la substance de son rôle. « On me l’a demandé (devenir PCA) et j’ai accepté. Je n’avais aucun intérêt dans cette affaire. Quand je me suis rendu compte que j’étais inutile, j’ai démissionné», a précisé Ephraim Inoni. Pour son défunt frère qui faisait partie des actionnaires de la société, il a indiqué que « c’était un adulte ». « Il ne me disait pas ce qu’il faisait. Si j’avais eu besoin d’un prête-nom, je n’aurais pas pris un de mes proches », a-t-il fait remarquer.

Pour sa propre défense, l’ancien Premier Ministre qui jusqu’ici était resté silencieux semble bien organisé et possède réponse à tout. Il a par exemple mentionné le fait que certains aspects du problème qui le mettent aujourd’hui en cause, ont été gérés par une personne décédée depuis longtemps, Réné Owona, ancien Secrétaire Général Adjoint de la présidence lui aussi, mais surtout réputé de son temps comme proche du Président Biya. « Je n’ai jamais fait une note pour proposer APM au président de la République. Je me souviens avoir attiré son attention sur les contrats surélevés de location d’avions de la Camair et j’étais dans mes prérogatives. Je n’ai posé aucun acte dans l’élaboration et la signature du contrat avec APM. Je n’ai pas été associé à la relecture ou l’examen de ce contrat rédigé en anglais. Une langue que je suis censé maîtriser plus que mon collègue René Owona qui a piloté ce dossier. Je ne pouvais donc pas initier un marché puisque je n’étais au courant de rien. Même pas des instructions du chef de l’Etat à ce sujet », a fait savoir monsieur Inoni. L’ancien Premier ministre avait été arrêté le 16 avril 2012 en même temps que Marafa Hamidou Yaya, lui aussi ancien haut responsable du pays. Il est accusé de « malversations financières » dans le cadre d’une transaction financière pour le compte de la défunte compagnie aérienne camerounaise Camair. Une culpabilité qui semble difficile à établir après près d’une année d’instruction.

Inoni Ephraim, ancien Premier Ministre du Cameroun
africapresse.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut