Sport › Football

Affaire Minsep-Fecafoot: Mohammed Iya organise sa contre-offensive

A la suite de la lettre d’Adoum Garoua, demandant la reprise des élections organisées dans la clandestinité dans certains départements, le président de la Fecafoot a réagi

En réaction à la correspondance du Minsep, la Fécafoot a d’emblée, indiqué à Adoum Garoua que les élections se sont déroulées légalement et que la décision du Comité national olympique ne saurait avoir d’effet rétroactif, parce qu’elle a été prise le 28 mars, alors que le processus électoral a commencé le 27 mars 2013. Le même jour, c’est-à-dire vendredi 12 avril dernier, de l’avis de la Fecafoot, une réponse a été envoyée au ministère des Sports. Sur la demande d’Adoum Garoua de reprendre les élections dans les ligues départementales, parce que « les assemblées se sont tenues en marge de la législation nationales et organisées dans la clandestinité, elles devront être systématiquement réorganisées », la Fécafoot, sous la signature d’Iya Mohammed, lui rétorque : « Toutes les assemblées générales ont fait l’objet de déclarations en application de l’article 3 de la loi N°90/55 portant sur le régime des manifestations publiques. La loi indique que c’est un régime de déclaration et que l’autorité qui reçoit la déclaration délivre le récépissé. Dans cette loi il est indiqué que seul le bureau qui préside la réunion peut l’arrêter ou la suspendre. Donc, ce n’est même pas la prérogative de l’autorité concernée. Mais, en cas de débordement, le représentant de l’autorité administrative peut intervenir s’il est requis par le bureau ». Autre argument évoqué dans sa réponse, la Fécafoot précise au ministre en charge des Sports : « Le Code électoral de la Fécafoot notamment en son article 27 indique que le contentieux né des élections à la Fécafoot ou dans ses ligues décentralisées est du ressort des commissions électorales, à l’exclusion expresse des instances gouvernementales ou judiciaires. Cela veut dire que, s’il y a une revendication venant d’une ligue départementale, elle saisit la commission régionale électorale concernée. Et si l’affaire n’est pas vidée à ce niveau, on peut saisir la commission nationale, qui siège en dernier ressort ».

Par ailleurs, le président de la Fécafoot explique à la tutelle que la sentence de la Chambre d’arbitrage et de conciliation du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) « est datée du 28 mars, alors que le processus a commencé le 27 mars 2013. Il est difficile selon les principes généraux de droit, que la loi n’a pas d’effet rétroactif. Cette décision ne peut pas remettre en cause le déroulement du processus d’élection à la Fécafoot. De plus, il n’y a pas un délai donné à la Fécafoot pour exécuter la sentence. Cela veut dire qu’on laisse la possibilité à la Fécafoot de prendre le temps qu’il lui faut pour appliquer cette décision ». Toutefois, selon Junior Binyam, qui s’est exprimé sur le site Camfoot.com, l’instance faitière du football camerounais va interjeter appel dans les délais auprès du Tribunal arbitral su sport (Tas). Le chef de département communication de la Fecafoot avance comme arguments que : « la sentence rendue par le comité olympique viole la loi de 2011, les statuts de la Fécafoot et la jurisprudence de cette chambre, puisque que sur la même question elle avait déjà rendu une décision totalement contraire. En plus, il y a un jugement définitif sur la décision qui a été rendue publique par la Tribunal arbitral du sport, sur la même affaire par le même Nkou Mvondo. Il a été débouté par la Comité olympique et il est allé au Tas. Le Tas avait rendu une décision définitive. Il est revenu à nouveau, peut-être parce qu’on lui a dit que la météo était favorable ».

Iya Mohammed, président de la Fécafoot
africapresse.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut