Société › Société

Affaire Nshi Honorine: des «sanctions exemplaires» en étude pour deux infirmières

Le directeur de l’Hôpital central de Yaoundé indique qu’il n’attend que les conclusions de l’enquête interne

L’Hôpital central de Yaoundé se met à l’écoute de la famille de Nshi Honorine, la mère des cinq bébés nés prématurément le 22 mars dernier et décédés aussitôt dans cet établissement hospitalier public. Accusé de négligence, le directeur de l’Hôpital central de Yaoundé, Pr Joseph Fouda, a tenu une réunion le 28 mars dernier, en présence de ses collaborateurs et de M. Alfred Nkimih, l’époux de Mme Nshi Honorine. Au terme de cette rencontre, il a été retenu que deux infirmières régulièrement dénoncées par Mme Nshi et son époux écoperont de «sanctions exemplaires», une fois les faits établis, rapporte le quotidien gouvernemental ce 30 mars 2016, citant le Pr. Joseph Fouda, joint au téléphone par le média.

La s ur et le mari de la dame avaient justifié le décès des bébés en affirmant que des infirmières leur avaient demandés de se débrouiller pour chercher des couveuses, l’Hôpital n’en disposant pas. Certaines infirmières se seraient par ailleurs moquées de la parturiente, et auraient demandé une somme d’argent (15 000 F CFA en l’occurrence] pour des soins censés être gratuits.

En promettant de sanctionner ces infirmières, le directeur de l’Hôpital semble mettre de l’eau dans son vin. Pour dédouaner l’hôpital dans le décès des quintuplés de Mme Nshi, le Pr. Joseph Fouda avait initialement publié un communiqué, le 26 mars dernier, soulignant que Mme Nshi avait bénéficié de «tous les soins nécessaires à son état» et qu’il n’avait été reçu «aucune plainte de sa part.»



Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé