› Eco et Business

Afrique: Air CEMAC bientôt dans le ciel

La compagnie sud africaine aurait apporté le soutien nécessaire

La nouvelle compagnie aérienne de l’Afrique centrale, Air Cemac (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale), est cette fois sur le point de prendre son envol. C’est du moins ce qu’il en est d’après le journal les Afriques qui rapporte cette information. Annoncée depuis longtemps, elle était sans cesse reportée en raison de plusieurs contraintes. La disparition d’Air Afrique, dont faisaient partie cinq, puis trois de ses pays membres, et les retraits du Cameroun et du Gabon qui ont créé chacun leur compagnie nationale, avaient rendu de plus en plus difficiles les liaisons aériennes entre les différents pays. Cependant la création de la compagnie régionale s’est heurtée à des exigences nationales incompréhensibles pour la circonstance. Le Cameroun et le Gabon privilégiant leurs compagnies respectives, Cameroun Airlines et Air Gabon. Avec la déconfiture de ces deux compagnies, chaque partie, voulait que la nouvelle compagnie soit à son avantage. Il faut dire que le lancement de cette compagnie devrait nécessiter des compétences humaines et en termes de prestation que chacun voudrait voir retourné à son avantage.

Le fin mot de cette affaire est tombé, avec l’acquisition par la compagnie aérienne sud-africaine South African Airways, de 40% des parts. La création de la compagnie aérienne sous-régionale était conditionnée par la venue d’un partenaire stratégique. Plusieurs approches s’étaient finalement révélées infructueuses. La Royal Air Maroc et la compagnie belge Sn Brussels, avaient manifesté leur intérêt, mais les négociations avaient tourné court, en partie à cause des droits de trafic que, justement, le Cameroun et le Gabon entendaient réserver à leurs compagnies nationales. Les termes de l’accord avec la SAA à ce sujet n’ont pas été révélés. Le vice-président de la commission de la CEMAC, le Gabonais Jean Marie Maguena, a fourni une indication en révélant que de tous les partenaires stratégiques approchés, seuls les Sud-Africains se sont engagés au terme des négociations à prendre 40% du capital de la compagnie, en respectant et en acceptant les conditions de la CEMAC. De nombreux opérateurs privés du Cameroun, du Gabon, de Guinée équatoriale et du Congo, à la surface financière conséquente, ont déjà manifesté leur désir de se porter acquéreurs d’actions.

La SAA détenait déjà des droits de trafic dans certains pays de la région. Les négociations n’ont pas été simples, comme en atteste leur longueur. Elles ont commencé en janvier dernier. Avec l’acquisition des 40% par SAA, le capital de la compagnie est bouclé à 85%. Les six pays membres détiennent chacun 5% et la Banque de Développement de Etats d’Afrique centrale, BDEAC, 15%. Il ne reste à distribuer que la part de 15% réservée aux privés de la région. Le prochain conseil des ministres de la Communauté définira les modalités d’acquisition de cette part. De nombreux opérateurs privés du Cameroun, du Gabon, de Guinée équatoriale et du Congo, à la surface financière conséquente, ont déjà manifesté leur désir de se porter acquéreurs d’actions.
Il ne resterait que l’attribution du siège de la compagnie serait en suspens. Deux pays, le Congo et le Tchad, se le disputent. Le président centrafricain, François Bozizé, qui assure la présidence en exercice de la CEMAC, a été chargé de trouver un accord avec eux. La nouvelle compagnie pourrait donc commencer ses activités dès l’année prochaine. La SAA se félicite de cette acquisition, parce qu’elle renforce ses postions en Afrique, où l’aviation civile a d’importantes marges de progression. SAA veut s’y positionner comme leader du transport aérien. Elle assure déjà deux vols quotidiens sur Dakar et transporte 1500 passagers par semaine entre Johannesburg et Luanda. La CEMAC se réjouit aussi, parce qu’elle veut une compagnie aux standards modernes de gestion, obéissant aux exigences de qualité et de rentabilité économique que la SAA offre déjà. Elle a déjà été plusieurs fois distinguée Meilleur transporteur africain.


www.avmaroc.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut