› Eco et Business

Afrisolar Lamp BBC 12: De l’électricité propre pour les villages camerounais

C’est une possibilité qui pourrait être offerte grâce à l’invention d’un jeune camerounais

Les lampes solaires existent depuis 1984. Mais il s’agit d’appareils de secours dont l’autonomie ne dépasse guère trois heures, avec plus de vingt heures d’exposition au soleil. Elles sont donc généralement adaptées aux Européens. Il fallait donc créer une lampe qui ait un temps de charge très réduit en Afrique avec la plus grande durée d’autonomie.
Cyrille Bomda, inventeur de l’Afrisolar Lamp

Depuis le mois d’octobre 2008, une invention qui fait parler d’elle est celle d’une lampe d’éclairage solaire. L’Afrisolar Lamp BBC 12 a une autonomie de douze heures pour seulement six heures d’exposition au soleil. Equipée d’une ou de deux ampoules à LED (Diodes électroluminescentes) qui ne dégagent aucune chaleur, sa capacité d’éclairage est de loin supérieure à celle de la lampe à pétrole traditionnelle. Elle est reliée par un câble à un panneau solaire de petite dimension et conçu pour résister aux intempéries et qu’il suffit de fixer sur le toit. Il suffit de connecter le câble en sortant le matin. La lampe pourra rester allumée jusqu’au matin.
Elle pourrait dans un avenir proche remplacer la lampe à pétrole.

L’ uvre originale, a remporté le premier prix de la classe électronique lors des Journées nationales de technologies organisées l’an dernier à Yaoundé par le ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique. Elle n’est certes pas une invention en son genre. Mais certains de ses aspects font son originalité. En plus de la consommation d’une énergie qu’on qualifie de propre, cette lampe a été conçue pour résoudre des problèmes d’éclairage en zone tropicale.

La lampe Afrisolar

Journalducameroun.com)/n

C’est une lampe conçue pour remplacer définitivement l’ancestrale lampe à pétrole. Elle ne fonctionne qu’avec l’énergie électrique obtenue à partir de la lumière du soleil en lieu et place de ce pétrole que les plus pauvres ne pourront plus acheter dans les dix prochaines années C’est la miniaturisation d’une vraie installation solaire comme celles que l’on retrouve sur les toits des maisons, mais qui sont malheureusement trop chères pour les populations de nos campagnes et même de nos villes.
Cyrille Bomda, inventeur de l’Afrisolar Lamp

Jeune ingénieur revendiquant ses origines rurales de manière quasiment militante, il raconte avoir été choqué par l’augmentation permanente du prix du pétrole lampant dans des villages dépourvus de stations-service dignes de ce nom, Joseph Bomba parle de son concept avec passion. Sa lampe, à qui il prédit une durée de vie moyenne de vingt-cinq ans, pourra également jouer le rôle de radio FM – le seul outil reliant de nombreux paysans africains au reste du monde. Plus besoin d’acheter régulièrement des piles sèches, chères et difficiles à trouver dans les villages du continent. L’Afrisolar Lamp, qui selon son concepteur peut fonctionner de manière autonome toute une nuit après avoir « fait son marché » naturellement grâce aux rayons du soleil, généreux dans de nombreux pays d’Afrique, suscite le vif intérêt de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), justement basée au Cameroun, qui a validé son principe fonctionnel et confirmé « l’exploitabilité de son système électrotechnique ».

Les prochains défis de Cyrille Bomba, inventeur indépendant qui travaille sans grand soutien de l’Etat camerounais, sont de finir de breveter son invention et de trouver des partenaires pour la commercialiser. L’Afrisolar lamp est fabriquée à 90% avec des matériaux locaux ce qui devrait considérablement diminuer son prix de revient. Seul le panneau solaire est exporté. L’inventeur déclarait que s’il bénéficiait du soutien de l’Etat, il pourrait vendre sa trouvaille à environ 19.000fcfa. Par contre, s’il ne doit compter que sur ses propres moyens, l’Afrisolar coûtera au moins 25.000fcfa. Un projet qui devrait ravir l’agence d’électrification rural et même le Feicom dont le rôle déclaré dans les solutions d’éclairage rural est affirmé.


À LA UNE
Retour en haut