Sport › Autres sports

Afrobasket 2013: Qui succédera à la Tunisie ?

La Côte d’Ivoire abritera, du 20 au 31 août 2013, le Championnat d’Afrique de basketball masculin. Une compétition que les Camerounais veulent à tout prix emporter

La Côte d’Ivoire est prête à accueillir la 27ème édition de l’Afrobasket. C’est ce qui ressort de la visite des infrastructures du Palais des sports d’Abidjan, effectuée mercredi dernier par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan. Initialement, ce pays devait accueillir l’édition 2011 mais le dernier Championnat des nations de la discipline avait été déplacé à Madagascar, suite à la crise politique ivoirienne. Une fois la situation sociopolitique normalisée, la Fiba-Afrique a attribué l’organisation de l’Afrobasket de cette année au pays d’Alassane Ouatarra.

Pour la deuxième fois de son histoire, après 1992, la Côte d’Ivoire va donc accueillir la grande fête du basketball continental. Une compétition organisée entre 16 pays répartis en quatre poules. Le groupe A regroupera le pays hôte, le Sénégal, l’Egypte et l’Algérie ; le groupe B la Tunisie (tenant du titre), le Burkina-Faso, le Rwanda et le Maroc ; le groupe C l’Angola, la Centrafrique, le Mozambique et le Cap-Vert ; le groupe D le Nigéria, le Cameroun, le Congo et le Mali.

Mbah A Mouté

Pour mettre toutes les chances de son côté, dans son groupe réputé équilibré, la Fédération camerounaise de basketball (Fecabasket), en accord avec le ministère en charge des Sports, a fait appel au coach Lazare Adingono, actuellement sous contrat avec le club angolais Petro Atletico de Luanda, vainqueur de la Coupe nationale cette année. Comme en 2011, il devra entretenir le moral d’un groupe désormais rejoint par Luc Richard Mbah A Mouté (Sacramento, NBA). Membre du comité des entraîneurs de Fiba-Afrique, Lazare Adingono a été éliminé en demi-finale de l’Afrobasket 2011 (Madagascar) par l’Angola pendant le Money times. Le groupe avait terminé à la modeste 7ème place.

Cette expérience sera la troisième sortie de M. Adingono comme sélectionneur du Cameroun. En 2007 en Angola, il a terminé 2ème avec les Camerounais, leur meilleure performance jusqu’ici. Pour espérer faire au moins autant qu’en Angola en 2007, la sélection, de l’avis de nombreux observateurs et joueurs, a eu une phase de préparation réussie. Notamment en remportant la seconde édition du tournoi des Quatre nations qui s’est déroulée récemment en Chine. Les Lions indomptables du basketball ont ainsi envoyé, dans le même temps, un sérieux signal à leurs adversaires qu’ils seront bien présents dans la course au podium. Surtout que le Cameroun espère une place à la prochaine Coupe du monde, prévue en Espagne, étant entendu que les trois premières équipes de ce championnat d’Afrique représenteront le continent à ce tournoi.

Gagner

Dès leur retour au bercail, les hommes d’Adingono ont entamé une dernière phase de préparation d’une rare intensité. Avec deux séances d’entraînements par jour de deux heures de temps chacune au Palais polyvalent des sports, les douze joueurs retenus pour l’expédition d’Abidjan ont, avec rigueur, application et dans la bonne humeur, mis en place le dispositif technico-tactique qui leur permettra de triompher sur les berges de la lagune Ebrié. De quoi donner de la confiance à la sélection camerounaise, avant son premier match de mercredi prochain contre le Congo. Les Lions rencontreront ensuite le Mali le 23 août, avant de défier le Nigeria le 25.

Les vice-champions d’Afrique 2007 viseront le titre. «La sélection cherchera en premier lieu à monter sur la plus haute marge du podium, puis, en fonction des circonstances, nous chercherons à nous qualifier pour le Mondial 2014 en Espagne. Nous avons un groupe formidable, expliquait, discrètement mercredi dernier, le récent champion de France avec Nanterre, Jérémie Nzeulie. Ce Championnat d’Afrique doit servir de vitrine au basket camerounais.». Le président de la Fédération, Samuel Tandon Nduku, a annoncé en juin dernier, lors de sa réélection, un vaste programme de promotion du basket national s’étalant jusqu’en 2017.

Le 12 août dernier, le patron technique de la sélection a communiqué la liste des sélectionnés. Une liste qui compte deux meneurs, six ailiers et quatre intérieurs. Contrairement à 2011, où Parfait Bitee était le seul meneur, Lazare Adingono a opté pour deux joueurs à ce poste (Curti Aldo et Gédéon Pitard). Selon de nombreux spécialistes du basketball camerounais, le retour en sélection de Luc Richard Mbah A Mouté va faire beaucoup de bien au groupe. Le prolifique ailier peut défendre sur un intérieur, un ailier ou un meneur. A ce poste également, Christian Bayang peut bien suppléer. En 2011, Christian Bayang, avec ses 28 points marqués contre l’Angola en quart de finale, avait emmené les Lions du basketball très haut pendant cette rencontre, perdue sur le fil (84-83). Une défaite pas encore digérée, de même que le souvenir de la finale perdue en 2007 reste vivace dans les esprits.

Personnalité

Le groupe qui va à Abidjan ce dimanche pour effacer ses mauvais souvenirs est un mélange de joueurs expérimentés de la génération 2007 (Mbah A Mouté, Yves Mekongo, Brice Vounang) et une sorte de nouvelle cuvée emmenée par les Jérémy Nzeulie, Gédéon Pitard et Curti Aldo. Dans cette équipe fortement «mondialisée», avec des joueurs évoluant aux quatre coins de la planète (Guinée Equatoriale, Maroc, Turquie, Espagne, Argentine, France, Etats-Unis.), aucun système de jeu adverse ne devrait ébranler. Surtout que, sous la conduite de son chef d’orchestre, un coach à la forte personnalité, l’équipe camerounaise a réussi sa révolution sociologique. Entre les joueurs de culture française (Brice Vounang, Gédéon Pitard, Jérémy Nzeulie, Curti Aldo, etc.) et ceux d’éducation américaine (Mbah A Mouté, Alfred Aboya, Alexis Wangmene, Steve Messi et bien d’autres), les discussions sont intelligentes et les performances sur le terrain se font ressentir. En regardant les Camerounais répéter les schémas tactiques avec shoot au panier mercredi dernier, on n’a eu l’impression d’assister à une séance de ballet où les gestes étaient parfaitement synchronisés. Il reste donc à rééditer ces gestes à Abidjan. Surtout que tous les cadors présents à ce rendez-vous continental ont le même objectif : gagner.

Pour avoir un avis objectif sur le futur vainqueur de l’Afrobasket 2013, il faut poser la question aux basketteurs français ayant des racines africaines. Focalisés sur l’Euro 2013, qu’ils préparent en ce moment, les Tricolores n’ignorent pas pour autant que le Championnat d’Afrique aura lieu dans les prochains jours. Si certains citent l’Angola ou la Tunisie comme étant de sérieux prétendants au titre, Nicolas Batum a un avis contraire. Quand on lui demande qui est le favori du tournoi, l’ailier lance, sans hésitation : «Le Cameroun !» Avec un papa camerounais, fallait-il s’attendre à une autre réponse de sa part ?

L’équipe camerounaise au tournoi de Chine

fibaafrique.com)/n

À LA UNE
Retour en haut