International › APA

Af’Sud : la Présidence condamne les saccages des magasins Cliks

Les manifestations violentes dans la chaîne de magasins de détail Clicks en Afrique du Sud étaient « contre l’esprit de paix et de respect des droits de l’homme qui ont forgé ce pays depuis l’aube de la démocratie », a déclaré mardi la Présidence.Ces propos du bureau présidentiel font suite aux manifestations nationales de lundi marquées par la destruction de plusieurs magasins appartenant au détaillant de produits de santé et de beauté Clicks, suite à une publicité présumée raciste affirmant que les cheveux des femmes noires étaient « ternes, secs et abîmés », tandis que ceux des femmes blanches étaient « bien, plats et normaux ».

Menés par les Combattants de la liberté économique (EFF, opposition), les manifestants ont exigé la fermeture complète de la chaîne de vente au détail pendant une semaine ou le licenciement de l’ensemble de la direction impliquée dans la conceptualisation et l’affichage de la publicité controversée comme condition pour arrêter les manifestations.

Alors que la Présidence a également été troublée par « la vulgarisation raciste » de la publicité en question, les actes anarchiques, notamment de vandalisme et d’incendie des magasins Clicks, étaient préoccupants », a déclaré le Bureau.

Un comportement anarchique n’est pas un moyen responsable de résoudre les conflits, a-t-il ajouté.

En revanche, les Sud-Africains devraient résister à la tentation de se faire justice eux-mêmes, mais plutôt de rester calmes et de suivre les voies correctes et légales pour répondre à leurs préoccupations, a déclaré la présidence.

En attendant, le détaillant a obtenu une injonction du tribunal pour empêcher les manifestations d’avoir lieu.

Le tribunal a ordonné à l’EFF de « cesser d’intimider les employés et les clients de Clicks, et de cesser d’inciter à la violence contre les opérateurs de Clicks ».

L’EFF n’a pas encore répondu à l’injonction du tribunal, mais dans un communiqué publié lundi, le parti a promis de poursuivre ses protestations jusqu’à ce que Clicks révoque l’ensemble de la direction responsable de l’annonce incriminée. 


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé