Société › Faits divers

Ahmadou Dawa: «Seuls les morts peuvent habiter les cimetières»

Suite à l’occupation du cimetière du quartier «Joli Soir», le Délégué du gouvernement à la communauté urbaine de Ngaoundéré prévient les profanateurs

Monsieur le Délégué du Gouvernement, depuis quelques temps, le cimetière du quartier « Joli Soir », fait l’objet d’une occupation anarchique par des individus en quête de lotissements malgré vos multiples rappels à l’ordre. Qu’en est-il exactement?
C’est un problème sérieux. Vous savez que c’est un vieux cimetière. Nous autres, natifs de Ngaoundéré, savons que tous les hauts dignitaires de la ville de Ngaoundéré, tous les grands mobibo sont couchés là-bas. C’est après qu’il y a eu d’autres cimetières. Ce cimetière est l’un des premiers de cette ville. Quand on sait qu’un cimetière c’est le lieu où on enterre les morts, il n’est pas normal que les vivants cherchent à y vivre. Quand j’étais nommé à la tête de la communauté urbaine de Ngaoundéré, j’ai trouvé qu’il y avait des constructions autour de ce cimetière. Je me suis immédiatement dit qu’il fallait mettre un frein à cette situation. Immédiatement, j’ai fait clôturer les lieux et j’ai même fait planter des arbres tout autour. De temps en temps j’envoyais vérifier la situation mais on me disait que tout allait bien. Mais à ma grande surprise ces derniers temps, on m’a fait comprendre que l’envahissement est très important et qu’il y aurait des complicités et des exactions de part et d’autre.

Quand vous parlez des exactions, on sait qu’il ya quand même eu des titres fonciers et des attestations de propriété, quel sera le sort réservé à ceux qui sont détenteurs de ces documents?
J’ai saisi le commandant de gendarmerie, le Préfet et le commandant de compagnie parce qu’il ne faudrait pas que ça reste au niveau de la communauté urbaine. Je pense que des vérifications seront faites pour que des mesures soient prises à l’encontre de ceux qui auront commis des faits malveillants.

Certains de ces occupants rejettent la responsabilité sur vos services. Qu’est-ce que vous répondez à ceux-là?
Vous savez, quand des gens veulent faire ce qu’ils veulent, ils le font toujours. Beaucoup de choses peuvent être faites sans que le chef ne soit au courant. Pendant que vous vaquez à vos activités, certains profitent pour faire des activités contraires. Mais il ne faudrait pas que des gens pensent qu’on est inactifs, on est d’abord en train de sensibiliser parce qu’il n’est pas bon de dire qu’on va casser les maisons. Il faut d’abord les sensibiliser et s’ils ne veulent pas comprendre, c’est à ce moment qu’il faut prendre des mesures fortes. Et je pense que c’est ce qui se passera progressivement.

Au regard de ce qui se passe actuellement, quelles sont les sanctions qui pourront être prises à l’encontre de ceux qui sont à l’origine de ces profanations de tombes?
Les sanctions seront judiciaires parce qu’ils ont été avertis. J’avais fait une clôture mais les gens l’ont délibérément enlevée, et j’avoue que tous ceux qui ont enlevé cette clôture pour construire des maisons seront sanctionnés. Je pense que l’avertissement est déjà lancé, et tous ceux qui vont insister pour dire qu’ils vont construire verront leurs maisons détruites.

Ahmadou Dawa, Délégué du gouvernement à la communauté urbaine de Ngaoundéré
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé