› Eco et Business

Aide au développement: La France signe quatre nouvelles conventions de financement avec le Cameroun

Les sommes issues de ces conventions seront ventilées dans quatre projets dont deux à Douala

Drainage pluvial de la ville de Douala
Mercredi 1er août 2012, l’ambassadeur de France, Bruno Gain, et le ministre camerounais de l’Economie de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), Emmanuel Nganou Djoumessi, ont apposé leurs signatures respectives au bas de quatre conventions de financement et d’affectation de la subvention du contrat de désendettement et de développement (C2D), pour un montant total de 213,2 milliards FCFA. D’après Emmanuel Nganou Djoumessi, ce concours financier est composé de prêt aux conditions concessionnelles pour un montant de 219 millions d’euros, soit 143,664 milliards de FCFA, et des subventions au titre du deuxième contrat de désendettement et d’un montant de 106 millions d’euros soit 69,513 milliards. Dans le détail, ces sommes seront ventilées dans quatre projets dont deux à Douala. Un des principaux postes d’affectation de ces financements concerne le drainage pluvial de la ville de Douala, qui bénéficie d’un financement de 82,5 milliards dont 11,8 milliards de subvention C2D et un prêt de 73,4 milliards. Ce projet qui consiste à réaliser 39 km de canaux qui suivent les 9 cours d’eau des 9 bassins versants de la ville avec des exutoires calibrés de 9km, permettra l’aménagement des ouvrages de franchissement routier, de passerelles pour piétons, l’aménagement des plusieurs quartiers défavorisés et la mise en place d’éclairages publics, de bornes fontaines et d’embellissement paysagers.

Programme de rénovation et de développement de la formation professionnelle
Toujours à Douala le second projet est celui de l’aménagement de l’accès Ouest de Douala, pour 49,2 milliards de Fcfa. Il sera question de réaliser quelque 13 Km de travaux d’élargissement de la chaussée et d’aménagement des giratoires, pour faciliter la mobilité urbaine et renforcer la fonction économique de la ville de Douala pour le reste du pays. Concernant le programme de rénovation et de développement de la formation professionnelle dans les secteurs de l’agriculture et l’élevage et de la pêche, il bénéfice d’un financement partiel de 22,96 milliards venant de la coopération française. Ce programme permettra principalement d’améliorer les performances économiques de l’agriculture à travers une meilleure formation qualifiante de ses acteurs. Ainsi, on devrait au bout du programme avoir davantage de centre de formations dans les métiers agro pastoraux, avec une articulation du projet visant l’insertion socio professionnelle de jeunes ainsi formés. Il y a enfin, dans le même registre, le programme d’amélioration de la compétitivité des exploitations familiales agro pastorales, financé à hauteur de 55,7 milliards dont 32 milliards issus du C2D. Ce projet qui vise l’accroissement de la compétitivité de certaines filières ainsi l’augmentation des revenus des producteurs agropastoraux devrait donner plus d’encadrement à ces acteurs, qui dirigent de petites exploitations agricoles et d’élevage. « Cette somme de 213 milliards affectée en une seule journée au financement des quatre projets au Cameroun, prouve que la France a une coopération bel et bien visible au Cameroun », se réjouit Bruno Gain.

252 milliards en deux jours
« Certains esprit chagrins pensent que la coopération française n’est pas suffisamment visible au Cameroun ou qu’elle n’a plus un place significative. A la hauteur de la qualité de nos relations historiques, je ne peux que les inviter à arquer d’avantage d’attention aux importants financements qu’elle a consenti ces dernier mois en faveur de ce pays. Reconnaître, (.) que le Cameroun est un partenaire privilégié de la France et que celle-ci respecte ses engagements, ce ne sont pas de propos de simple circonstance. Les faits et les chiffres en sont les meilleurs et les plus objectifs des témoins », déroule le diplomate français. L’Ambassadeur de France fait remarquer qu’en deux jours seulement, la France et le Cameroun se sont engagés à hauteurs de plus de 252 milliards, et que depuis le début de l’année 2012, la France a déjà accordé des financements pour quelques 307 milliards au Cameroun. « Par moment, je me dis que la sagesse africaine est plein de bon sens lorsqu’elle rappelle qu’on entend le fracas d’un arbre que l’on abat, mais pas le bruit de la foret qui pousse. Oui, la coopération Française ne fait peut-être pas de bruit. Elle ne se fait peut-être pas suffisamment entendre. Mais elle agit, et elle s’engage, elle se bat, elle est omniprésente sur le front du développement économique et social du Cameroun et de la concrétisation des grandes réalisations du président Biya. Au fond, c’est cela qui compte », philosophe-t-il, non sans rappeler que l’aide de son pays n’a jamais faibli.

Se Bruno Gain, ambassadeur de France au Cameroun
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé