International › APA

Alassane Ouattara monopolise la Une des journaux ivoiriens

Le président Alassane Ouattara monopolise la Une des journaux quotidiens ivoiriens parus, mardi, sur l’ensemble du territoire national, au lendemain de son intervention dans l’émission « invité d’Afrique » de Radio France Internationale (RFI).«Démission du président de l’Assemblée nationale, relations avec  Bédié, Gbagbo et la CPI : Ouattara clarifie tout sur RFI», barre en Une  Fraternité Matin. Départ de Soro : « il m’a dit qu’il voulait prendre un  peu de temps (…) Un Houphouëtiste est pour le dialogue, la tolérance,  et fait de la politique économique libérale, sociale », rapporte à ce  propos le journal gouvernemental. 

« Je ne suis  pas homme à forcer qui que ce soit », poursuit M.Ouattara dans Le Jour  Plus en réponse à l’éventualité d’une candidature de Guillaume Soro à la  présidentielle de 2020. D’ailleurs pour ces échéances de 2020, reprend  Le Patriote, « c’est très clair, je peux me représenter si je le  souhaite » car la Côte d’Ivoire va bien et « mon bilan est inattaquable  », se défend le chef de l’État ivoirien.

 «La  Maison Blanche est contre une candidature de Ouattara en 2020», riposte  Nouvelles Générations, là où sur le même sujet, Le Temps parle d’une «  sévère mise en garde » des USA à Ouattara, à 21 mois de la  présidentielle 2020. Ce qui fait dire à Le Quotidien d’Abidjan que  Ouattara parle d’un 3è mandat sur RFI, les Etats-Unis « se fâchent et  mettent en garde ».

 « Un 3è mandat n’est pas  une bonne décision pour Ouattara », rapporte à son tour Le Nouveau  Réveil en attribuant ces propos au sous-secrétaire d’Etat américain  David Hale. « On verra en 2020 », répond le chef de l’Etat ivoirien en  couverture de L’Inter.

«Ouattara ne dit pas la  vérité sur ses relations avec Luis Moreno-Ocampo», estime de son côté,  Notre Voie dans son compte rendu de l’interview du président ivoirien  sur RFI. «Ces vérités de Ouattara sur RFI sont difficiles à accepter»,  enfonce Le Nouveau Réveil, quand Le Mandat ouvre une lucarne sur  l’Assemblée nationale après la démission de Soro à la présidence de  cette institution.

 « C’est la majorité  présidentielle qui doit designer son président à l’Assemblée », relève  M. Ouattara dans les colonnes de ce journal, ajoutant que « Soro se  considère marxiste » alors que le RHDP est un parti « libéral-social  ».  

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut