Société › Faits divers

Alcool frelaté: le nombre de morts passe à 27 au Cameroun

Jusqu’au 20 novembre dernier, 47 malades issus de sept villages étaient toujours en soins intensifs dans plusieurs formations hospitalières de l’Est

Le nombre de décès provoqués par la consommation, le 11 novembre 2016, de l’«Odontol», un alcool traditionnel de distillation très prisé au Cameroun, est passé à 27 dont une grande majorité de femmes, apprend-t-on de sources concordantes.

Jusqu’à dimanche dernier et dans le cadre de la même affaire, 47 malades issus de 7 villages étaient toujours en soins intensifs dans plusieurs formations hospitalières de la zone.

L’intoxication à l’«Odontol», du nom d’un dentifrice brièvement apparu sur le marché camerounais au début des années 90, est survenue après une cérémonie d’inhumation.

Le 16 novembre, le préfet du Haut-Nyong, Mboke Godlove Ntua, avait pris un arrêté suspendant, sur l’ensemble de sa zone de compétence, « les activités de production, de commercialisation et de consommation des boissons spiritueuses artisanales, notamment celle communément appelée  »Odontol », pour des raisons de sécurité sanitaire ».

En 1997, le gouvernement avait déjà décidé de la prohibition pure et simple de cet alambic sur toute l’étendue du territoire, au même titre que d’autres boissons artisanales telles que le «Bili-bili», le «Fofo» ou encore le «Kpata», une mesure manifestement restée lettre morte.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé