International › AFP

Algérie: le chef d’un parti pro-Bouteflika, 1er candidat enregitré à la présidentielle

Azzedine Mihoubi, patron du Rassemblement national démocratique (RND), parti de l’ex-alliance soutenant le président Abdelaziz Bouteflika, a déposé mercredi son dossier de candidature à la présidentielle du 12 décembre.

Le RND était jusqu’à récemment dirigé par Ahmed Ouyahia, ex-Premier ministre impopulaire, aujourd’hui incarcéré.

Ministre de la Culture de trois gouvernements successifs de la présidence Bouteflika, entre 2015 et 2019, M. Mihoubi est le premier candidat à déposer sa candidature à ce scrutin, massivement rejeté dans la rue par le « Hirak », le mouvement inédit de contestation du régime né le 22 février.

Comme le veut la loi, il s’est présenté en personne dans la matinée au siège de l’Autorité nationale indépendante des Elections (ANIE), récemment créé pour garantir la transparence du scrutin, et a été reçu par son président Mohamed Charfi.

« J’ai réussi à collecter les (50.000) parrainages (d’électeurs) requis (…) mais le plus important pour nous n’est pas de convaincre les gens de donner leur signature mais de participer au scrutin, qui reste la seule solution à la crise » politique actuelle, a-t-il ensuite expliqué à la presse.

Les observateurs s’attendent à une participation très faible le 12 décembre. Depuis la démission en avril, sous pression de la rue, du président Bouteflika, le « Hirak » ne faiblit pas et réclame le remplacement de l’ensemble du « système » au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1962 par des institutions de transition. Une solution écartée par les autorités.

Chaque semaine, les manifestants expriment leur refus que les figures du régime Bouteflika encore au pouvoir organisent la présidentielle devant désigner son successeur. Un précédent scrutin prévu le 4 juillet pour clore la période constitutionnelle d’intérim a dû être annulé faute de candidats.

M. Mihoubi a été désigné en juillet secrétaire général par intérim du RND pour remplacer à la tête du parti Ahmed Ouyahia, trois fois très impopulaire Premier ministre de M. Bouteflika, placé en détention provisoire dans le cadre d’enquêtes sur des faits présumés de corruption.

Fondé en 1997, le RND fut durant les 20 ans de présidence Bouteflika (1999-2019), le principal allié au sein de la coalition présidentielle du Front de Libération nationale (FLN), ex-parti unique devenu la formation du chef de l’Etat.

C’est également le parti d’Abdelkader Bensalah, durant 17 ans président de la Chambre haute, devenu chef de l’Etat par intérim depuis la démission de M. Bouteflika.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé