› Eco et Business

Aluminium: Accord entre le gouvernement Camerounais et le groupe RTA

Le Cameroun et Rio Tinto ont signé un accord pour la construction de plusieurs infrastructures

L’accord signé par le Premier ministre camerounais Philémon Yang et Jean-Philippe Puig, responsable de Rio Tinto Alcan (RTA) de la filiale de Rio Tinto, prévoit la construction de trois ouvrages, selon le quotidien officiel Cameroon Tribune. Le projet est évalué à 2500 milliards de francs CFA (5,8 milliards de dollars. L’entreprise RTA devrait entamer la construction d’une aluminerie, d’un barrage hydroélectrique et d’un port en eau profonde du port en eau profonde au large de Kribi.

Un projet très ambitieux
Les travaux de construction de la première phase du projet doivent commencer à la fin de 2011, a précisé aux médias, M. Bertoli, porte parole du groupe RTA. La production d’aluminium débuterait en 2016. Le projet pourrait compter jusqu’à trois phases. La capacité de l’aluminerie, qui doit être construite à Kribi, dans le sud-ouest du Cameroun, atteindrait 400 000 tonnes par année pour la première phase, tandis que la future centrale hydroélectrique de Song Mbengué pourrait produire jusqu’à 930 mégawatts d’électricité. Les autorités camerounaises le présente déjà comme générateur d’emploi. La première phase du projet devrait permettre la création de près de 30 000 emplois pendant la construction et de plus de 5000 autres pendant l’exploitation. RTA envisage également l’agrandissement d’Alucam, une aluminerie camerounaise d’une capacité annuelle de 100 000 tonnes dans laquelle elle détient une importante participation.

Le projet s’est déjà présenté par ses acteurs comme l’un des plus importants de l’Afrique sub-saharienne pour les années à venir et pourrait au Cameroun de devenir un des pays majeurs dans la production de l’aluminium », a déclaré le président de RTA Métal primaire pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, Jean-Philippe. Pourtant les observateurs avertis du milieu pensent que sans un support réel des institutions financières, le projet pourrait prendre un retard plus ou moins long. D’après une information rapportée par le site d’information économique lesaffaires.com, la part de la filiale canadienne de Rio Tinto n’aurait pas encore établie dans les accords. La part d’investissement de RTA devrait dépendre de la contribution des partenaires privés et publics du projet. La conjoncture pourrait aussi être un facteur de ralentissant.

L’équation de la conjoncture économique internationale
RTA a annoncé la fermeture de certains de ses sites dans sa base au Canada, et une réduction de 25 pour cent de la production d’alumine à l’usine Vaudreuil, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui avait entraîné la perte de quelque 300 emplois au Québec. L’entreprise n’exclut pas de procéder aussi à la fermeture d’autres usines vieillissantes au Québec. La demande mondiale pour l’aluminium reste faible, a noté la semaine dernière le producteur européen Norsk Hydro, qui prévoit pour 2009 une baisse de 15 à 20 pour cent par rapport aux niveaux de l’an dernier, en excluant la Chine. Aussi s’interroge-t-on sur la stratégie du group RTA. Dans un communiqué de presse rendue public en janvier de cette année, Dick Evans, chef de la direction de Rio Tinto Alcan déclarait. « Notre objectif est d’aligner la production sur la demande et de réduire le plus possible nos frais d’exploitation.


www.genisim.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut