Politique › Institutionnel

An 30 de la présidence de Paul Biya: Un souvenir à deux vitesses

De nombreuses manifestations du parti au pouvoir ont eu lieu dans le pays, mais la réunion publique du Sdf a été interdite à Douala

La célébration des trente ans au pouvoir de Paul Biya donné lieu à des actions à deux vitesses. Au sein du parti au pouvoir, c’était l’extase complète, la grande communion. Dans la capitale Yaoundé, le parti a organisé une marche pour réaffirmer son soutien à son leader. Dans les rangs, tous les acteurs du régime en marché serrée. La soirée s’est achevée avec la tenue d’un grand concert au palais des congrès de Yaoundé. Les échos qui viennent des zones reculées sont identiques. A Obala la fête a pris des allures de mobilisation pour une inscription massive sur les listes électorales. A Ngoumou toujours dans la région du centre, on a magnifié la paix et la stabilité, acquis reconnu et revendiqué des 30 ans. À Monatélé, on a choisi de renouveler le pacte de confiance. Enfin à Garoua et dans une perspective non exhaustive, on a parlé d’une exaltation du renouveau. Dans certaines localités, on a plutôt choisi de célébrer l’émergence. Toutes les régions du pays ont vu arriver des délégations du comité central venues communier et partager en réflexion le thème retenu « Cap sur l’émergence », mais aussi le gateau d’anniversaire des 30 ans du renouveau. Et à l’étranger, les échos sont venus de Brazzaville en république du Congo, où l’ambassade s’est transformée en salle de meeting politique. Une chose marque cependant, le président Biya n’a été vu nulle part dans ces activités de célébration. Les pontes du parti ont à chaque fois représenté le Président.

Ils sont nombreux les camerounais qui ont vécu le 30ème anniversaire de la présidence Biya de très mauvaise humeur. Dans les administrations, les principaux responsables avaient déserté les lieux, mis en mission par le parti pour aller réchauffer les masses dans les zones reculées. « Je veux bien qu’on célèbre l’anniversaire de qui on veut mais là j’avais des documents à retirer au ministère des enseignements secondaires, il n’y avait personne dans les services où j’entrai. C’est franchement terrible surtout que rien ni personne ne vous informe que ce jour-là sera férié dans l’administration », s’est plaint un usager visiblement décontenancé. Pour certains autres acteurs politiques, la célébration ou alors la contre célébration de ce 30ème anniversaire a fait l’objet d’une solide répression. Le Social Democratic Front (SDF) de l’opposant historique John Fru Ndi en a payé les frais. « En date du 05 Novembre 2012, M. Ekoa Mbarga Jean Marc, Sous-Préfet de Douala 1er a signé une décision portant interdiction de la tenue d’une manifestation publique dans l’arrondissement de Douala 1er. Cette décision porte interdiction du Grand Meeting Public et Pacifique que se propose d’organiser le SDF Littoral ce jour 06 Novembre 2012 à la Salle des Fêtes d’Akwa dès 12H00 sous la présidence de l’Hon. Jean Michel Nintcheu, son Président. Malgré toutes les garanties présentées par le SDF Littoral et toute l’assurance visant à préserver l’ordre publique et à garantir la sécurité des hommes et des biens, M. Ekoa Mbarga Jean Marc justifie sa décision : « en raison des risques graves d’affrontement entre militants de formations politiques diverses », peut-on lire dans un communiqué de ce parti. De fait ses militants ont essayé de marcher, une initiative stoppée net. Mais grande est la majorité de personnes qui n’ont pas eu souvenir d’une quelconque fête. « Je sais pas de quoi tu parles mon frère. Moi je suis là pour me débrouiller et je ne vois pas en quoi la fête dont vous parlez là m’intéresse. S’il a fait 30 ans au pouvoir c’est bien. Moi je suis encore en train de me chercher donc on n’a pas les mêmes soucis », s’exprime Frank un vendeur à la sauvette à l’avenue Kennedy à Yaoundé la capitale du pays. « En tout cas si on me dit qu’il y a le vin quelque part, je ne fabrique pas l’autre, je fonce et je vais boire, c’est toujours ça de gagné », enchaîne son voisin lui aussi vendeur à la sauvette. A Garoua, de nombreux tracts demandant le départ de Paul Biya ont circulé dans la ville au cours de cette journée. Donnant à cette célébration dans la ville, deux teintes différentes.

La Une de Cameroon Truibune de ce 07 novembre illustre bien la célébration pour le parti au pouvoir
cameroon-tribune.cm)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé