Dossiers › Spécial Can 2013

Angola: Manucho Gonçalves, l’arme fatale

Le puissant gaucher de Valladolid fera certainement parler de lui en terre sud africaine

Placés dans le groupe A en compagnie du pays organisateur, du Cap-Vert et du Maroc, les Palancas Negras ambitionnent de franchir le cap des quarts de finale, leur plus grosse performance jusqu’à présent (2008 et 2010). Cette ambition est légitime du moment où le onze angolais possède en son sein un attaquant de race pure : Mateus Alberto Contreiras Gonçalves dit Manucho. Après Fabrice Akwà et Flavio Amado, Manucho Gonçalves est la nouvelle coqueluche de la sélection angolaise de football. Indécrottable chasseur de but, l’actuel sociétaire de Valladolid fera sûrement parler de lui à la Can Afrique du Sud 2013.

Né le 7 mars 1983 à Luanda, Manucho Gonçalves est l’un des joueurs les plus doués de sa génération. Sa carrière de footballeur professionnel démarre en 2001 sous les couleurs du Benfica de Luanda. Ce, après avoir fait ses armes durant deux années (1997-1999) du côté de Flamenguinhos, un club de jeunes de Terra Nova. Pour sa première saison dans la Girabola, le championnat national de première division d’Angola, Manucho inscrit seulement cinq (5) buts. Toutefois, son talent ne laisse pas indifférent le Petro de Luanda, l’un des ogres de l’élite angolaise, qui ne se fait pas prier pour l’enrôler. De 2003 à 2008, il fait ainsi les beaux jours des Pétroliers en frappant trente six fois (36) en quatre vingt (80) titularisations. L’ancien gamin de Flamenguinhos s’offre même au passage deux (2) fois de suite (2006 et 2007) le titre de meilleur buteur avec 16 et 15 buts.

Du fin fond de l’Afrique, ses performances le révèlent au grand jour et commencent à aiguiser l’appétit des grands clubs européens à l’instar de Manchester United qui fait des appels de pied. Néanmoins encore dubitatifs et hésitants, ces clubs du vieux continent finiront par s’en convaincre à l’occasion de la Can 2008 au Ghana. Lors du match inaugural contre les Bafana Bafana d’Afrique du Sud (1-1), Manucho réussit à ouvrir son compteur but dans la compétition, le 4ème du genre en huit (8) sélections. Pour sa 2ème sortie face au Sénégal, il fait parler la poudre à deux reprises (3-1). Permettant ainsi aux Palancas Negras de se qualifier pour les quarts de finale après un nul amical avec la Tunisie lors de la 3ème journée. Face aux Pharaons d’Egypte (1-2) à ce stade de la compétition, Manucho marque un but d’anthologie qui restera longtemps gravé en lettres d’or dans les annales du football africain. Il n’en fallait pas plus pour que l’attaquant du Petro de Luanda tombe dans l’escarcelle de Manchester United, l’un des plus prestigieux clubs du monde, champion d’Angleterre en titre à cette époque.

En raison de quelques difficultés extra sportives, l’aventure mancunienne tourne court pour Manucho Gonçalves.. La vedette angolaise a depuis gagné en expérience, en compétitivité et en efficacité. C’est Manucho qui donne aujourd’hui l’occasion à l’Angola de vivre sa 7ème Can, la 4ème d’affilée, en marquant deux buts lors du match retour face au Zimbabwe. Doté d’un bon timing, d’une grande technique et très virevoltant, il sera un véritable poison pour les défenses adverses. Capable de balayer tout le front de l’attaque de son équipe et possédant la magie des frappes à distance, Manucho est quasi indispensable à l’Angola.

Manucho Gonçalves, l’arme fatale de la sélection angolaise de football

abola.pt)/n

À LA UNE
Retour en haut