Année 2011: jeunesse et conscience électorale

Richard Gatchoko, Ecrivain camerounais, activiste social

Nous devons voter sous la base d’un bon programme politique.
Etant donné que le moment d’exprimer notre citoyenneté nous interpelle à chaque étape de notre vie, vu que notre pays attend de nous une folle contribution à son développement, il devient donc un impératif catégorique pour tous les camerounais et surtout pour la jeunesse de prendre en forte considération le pouvoir qui leur appartient de contribuer positivement à la construction de leur pays. De ce fait, l’année 2011 qui s’annonce et qui s’ouvrira dans quelques jours est marquée par un événement décisionnel dans l’avenir de notre pays. A cet instant il devient important pour tous les citoyens de poser leur pierre à l’édifice de ce grand chantier. Je pense aussi que le vote est un devoir du peuple et qu’un citoyen qui refuse volontairement de choisir les dirigeants de son Etat n’a rien à reprocher à ces derniers. Pour avoir boycotté les élections, il favorise ou défavorise un autre parti s’inscrivant ainsi à l’encontre de l’évolution de la nation. Nous devons voter pour qui nous voulons, nous devons voter pour notre avenir lointain sans toutes fois s’accrocher aux séductions des repas instantanés et des promesses fallacieuses mais au contraire en nous donnons la peine de croire au bon programme politique.

S’abstenir à toute manipulation frauduleuse.
Chers compatriotes, jeunesse de mon pays, il se passe tous les jours dans notre Etat à la veille des grandes échéances électorales des manipulations frauduleuses au non de tel ou tel parti politique. Non ! Ces soit disant élites, détenteurs des troubles électoraux essayent tout simplement de sauvegarder leurs intérêts personnels.ces actions laconiques n’ont rien à voir avec la hiérarchie de leur parti. Monsieur Biya et Monsieur Fru-Ndi pour ne citer que ceux-là n’ont jamais envoyé un député tripatouiller les élections dans sa circonscription. Dans le cas d’espèce, je vous interpelle à refuser toutes ces formes d’illégalités électorales, à dénoncer ce dernier qui tentera de vous corrompre avec un billet de 5000 fcfa. Mieux encore il sera judiciable de s’inscrire en faux contre le double vote, contre la double carte électorale et contre le hold-up électoral. Refusons catégoriquement le bourrage des urnes et la falsification des procès verbaux. La voie de la raison consisterait à penser d’abord à l’avenir qu’au présent. Nous devons nous poser cette question : Quel Cameroun aimerions-nous laisser à nos enfants ? La réponse se trouve dans chaque être, conscient de l’avenir de son pays.

Nous devons nous inscrire massivement sur les listes électorales.
Nous devons voter ! Nous devons le faire et je pense sincèrement. Il est temps que nous accomplissions notre devoir avant d’apporter notre esprit critique sur le devoir des autres. Et pour cela il nous faut d’abord s’inscrire massivement sur la liste électorale. Car c’est à travers nos voix que nous déterminerons les gouvernants de notre pays, c’est encore à travers celles-ci que nous déciderons de vivre dans la continuité ou d’implorer un changement.

Aucune paix durable ne peut se construire sous le poids de la violence.
Chers frères et s urs, aucune paix durable ne peut se construire sous le poids de la violence. Car cette dernière est la solution des insensés. Je vous interpelle à abandonner tout appel à violence et à rester vigilent quant aux respects de votre choix de vote. Par les urnes, et la voix du peuple nous pouvons construire une forte démocratie et une paix durable. Que le jeune qui pense que l’avenir de son pays est assuré avec le RDPC, qu’il aille voter et accorde sa voix á ce parti sans forte intimidation d’un tiers. Et si un autre se retrouve par exemple dans le programme politique du SDF, UFDC ou un autre parti politique, qu’il s’investisse avec rigueur dans ce parti.

Les dirigeants doivent respecter nos choix en s’abstenant à toute manipulation frauduleuse.
Cependant, les Dirigeants doivent à leur tour faciliter le respect du choix populaire. Nous avons encore en mémoire ce qui s’est déjà passé et nous ne voulons plus l’accepter. Vous deviez donner à la jeunesse le rôle du fer de lance de la nation qui lui est dévoué en vous abstenant à toute manipulation frauduleuse des résultats sur tout l’étendu du territoire national. Cette carence de transparence observée dans les élections chez nous est en même temps menée par l’opposition et le parti au pouvoir. Nous devons avoir la culture d’accepter l’Echec et de féliciter les vainqueurs. Chers dirigeants et Hommes politique de la nation, En tant que jeune, je vous prie de bien vouloir nous initier aux professionnalismes étatiques donc nous sommes appelés à prendre les règnes dans les jours à venir. Acceptez sans grande difficulté la main que la jeunesse vous tende comme sa contribution à la réalisation de l’Etat.

Mon but est de sensibiliser mes frères et s urs sur la portée des élections, leur expliquer les enjeux d’un tel outil dans le changement d’un Etat.
Sur ce, je vous laisse tout en vous adressant mes meilleurs v ux pour l’année nouvelle qui commence.

Richard Gatchoko Youaleu, écrivain camerounais et activiste social


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé