Culture › Musique

Anyango: Une japonaise qui chante en Eton, langue locale du Cameroun

Elle sera à Paris du 31 octobre au 05 novembre pour la sortie de son nouvel album «Tei Molo»

Tei molo est une collection vibrante de paysages audio qui explorent les limites inter culturelles du son, tout en protégeant et en rendant hommage à un instrument de musique du Cameron: le mvet. Plusieurs titres de ce nouvel album (tei molo, koro azen, do ya, pangui dam, tewa sili ma) entre autres sont entièrement chantés en Eton, une langue du Centre-sud Cameroun. Apres une décision de lancer en France ce nouvel album concocté entre la France, le Cameroun et le Japon, sous la direction musicale de Sally Nyolo, Anyango présente la qualité pure de ses tonalités, en toute profondeur et maturité. Le barrissement clair, aigu et naturel de l’Afrique submerge de la jeune et talentueuse musicienne japonaise par une décharge effective et convaincante qui étale son horizon musical et présente les talents nouveaux qu’elle a acquit de son nouvel instrument traditionnel, le Mvet camerounais.

Anyango chante généralement en Luo, une langue locale du Kenya, mettant ainsi en exergue la beauté de la diversité qui, rapidement, disparait dans le mysticisme des petites tribus africaines, comme un genre d’ambassadeur de la créativité. A cela, Nyolo Sally y apporte sa diversité de musiciens internationaux, donnant ainsi à la musique d’Anyango, déjà considérée comme une fontaine mélodique du son, un plafond tropical exquis, ou se bataillent les tonalités africaines et japonaises. Ses approches variées passent suavement du rythme engagé et endiablé du morceau d’entrée, Anyango (née le matin), aux complexes mais entrainantes narrations de Vimba Vytano (5 maisons). Anyango s’explique: ça a toujours été une de mes grandes ambitions de collaborer avec Sally. Alors aussitôt qu’elle avait accepté de produire mon album, j’ai immédiatement organisé mon voyage pour travailler avec cette chanteuse que j’ai toujours respecté.

Derrière la collection d’arrangement cohésifs d’Anyango, se tapit la fascinante histoire d’une jeune fille de Tokyo qui depuis 7 ans, a embrassé la nature des éléments africains, a la recherche d’une nouvelle expression musicale aujourd’hui célébrée bien au- delà de ses fiefs de prédilection, le Kenya et le Japon. Anyango a accompagne Sally Nyolo au Cameroun avant la production de son troisième album, pour s’imprégner de l’inspiration des petits villages ou l’on apprend à jouer du mvet, afin de donner une dynamique nouvelle a son récent opus. Le son original et distinctif de cet instrument fragile est maintenant bien parti pour atteindre une audience plus étendue car Anyango agrandit son spectre qui s’étale du Fiji Rock à ses audiences personnelles de la diaspora kenyane. La quête d’Anyango d’enregistrer ces harmonies aux origines lointaines redonne un contexte et un sens à la musique, et peut-être nous rappelle a tous nos origines.

Anyango, la japonaise qui chante en Eton, langue locale du Cameroun
Journalducameroun.com)/n

Pour écouter « Koro Azen », cliquer sur la vidéo


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé