Eco et Business › Entreprises

Après La Matériauthèque du Cameroun, William Fotchine cible la Côte d’Ivoire en 2022

William Fotchine © JournalduCameroun.com

Le passionné d’architecture d’intérieur compte y implanter la seconde enseigne de Gypse Design and Build, pour capter des parts de marché en finition intérieure en Afrique de l’Ouest

 

William Fotchine a déjà un horizon pour ses projets d’implantation des Matériauthèques dans les principales sous-régions de l’Afrique. A la suite du Cameroun, où la première structure a été ouverte en décembre 2019, ce sera la Côte d’Ivoire, en 2022, puis le Sénégal, nous a confié ce féru d’esthétique liée à l’immobilier.

“Il y a un tel besoin que nous avons des demandes de partout”, se félicite William Fotchine, que JournalduCameroun.com a rencontré en début de semaine dans ses bureaux au centre-ville de la capitale Yaoundé. “Je ne vais pas dire avec qui on travaille mais on travaille avec les plus grosses institutions depuis six mois, depuis le 12 décembre, ça veut dire qu’il y a un vrai besoin, aussi bien en aménagement travaux qu’en aménagement mobilier”, relève cet entrepreneur à l’initiative de Coplacam Design and Build et Gypse Africa, dont La Matériauthèque du Cameroun est la première enseigne sur le continent africain. 

“La finition intérieure est le parent pauvre de la construction chez nous […] Ce n’est pas un ingénieur civil ou un spécialiste du gros oeuvre qui fait la finition intérieure […] C’est un métier que même les maîtres d’ouvrage ne connaissent pas”, commente passionnément William Fotchine, qui a décidé d’investir dans le secteur au Cameroun après sa participation au Salon International de l’Entreprise, des PME et du Partenariat de Yaoundé (Promote) en 2014. Sa participation à l’événement avait alors été encadrée par Business France, agence chargée du développement international des entreprises françaises et de leurs exportations.

Aujourd’hui, il semble avoir pris goût à l’ouvrage. “La matériauthèque est un outil indispensable à la finition intérieure. Notre métier c’est de comprendre les besoins et les traduire en aménagement intérieur”, souligne l’entrepreneur, qui murit des projets liés à La Matériauthèque avec une vive envie également de se frotter à la concurrence éventuelle, locale ou étrangère dans les pays ciblés à court terme.

“A chaque ouverture, et nous préparons celle du Cameroun, il faudra créer une école de la finition intérieure. Il me semble fondamental et important, quand vous apportez de nouveaux matériaux, de former des gens pour pouvoir les appliquer. Nous devons transmettre [aux techniciens du continent, NDLR], les nouvelles techniques de la finition intérieure pour éviter qu’on aille toujours chercher des étrangers pour faire un certain type de travaux de finition intérieure. Voilà notre objectif”, défend William Fotchine.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé