Opinions › Tribune

Après Boko Haram, l’ethno-fascisme, l’autre combat du Cameroun

Par Yves Kouotou

La haine de Paul Biya et/ou de sa tribu d’origine comme projet politique au Cameroun? Le ressentiment ou la détestation d’un individu, d’un groupe de personnes en rapport à leurs origines tribales au rayon des idéologies ? Non ! L’alternance au sommet d’un État pluri-ethnique comme celui du Cameroun ne saurait être une sorte de changement de chaise musicale inter-ethnique. Un changement au Cameroun ne doit répondre qu’aux besoins librement exprimés par les camerounais et ne devrait servir que ce seul intérêt là. Le Cameroun ne bradera pas son unité pour satisfaire des intérêts égoïstes de quelques illuminés sectaires ethno-frustrés.

La mauvaise foi et la paresse intellectuelle ne suffiront plus pour définir cette incapacité à reconnaitre que plus que les hommes, ce qu’il faut changer au Cameroun, même dans plusieurs pays d’Afrique, c’est le mode d’organisation de l’État (le système)… Le Cameroun se bat pour son indépendance, sa souveraineté et les camerounais ne seront jamais «vraiment» libres de choisir leurs dirigeants, tant que leur économie sera confisquée, tant que les politiques appliquées localement seront élaborées à des milliers de kilomètres de là, à l’Élysée ou au Quai d’Orsay en France en l’occurrence, au mépris de leur réalité et de leurs attentes. Les accords de coopération à l’entame des indépendances n’étaient que des documents actant la perpétuation de la soumission et de la dépendance du Cameroun face à ses prédateurs. On aura beau chanter à tue-tête «Biya doit partir» ou mettre qui on voudra au pouvoir, tant que ces liens incestueux avec l’ogre occidental ne sont pas rompus, si les politiques d’asservissement et de subordination imposées à l’Afrique en général ne sont pas dénoncées, on aura fait le voyage pour rien.

L’Afrique n’a donc jamais connu autant de conflits à caractère confessionnel, d’attaques terroristes que depuis que la Chine est devenue son alliée stratégique et principale partenaire économique. Une preuve si besoin en était que nos États africains, surtout ceux de l’enclos colonial français n’avaient jamais été libérés.
Ils n’ont jamais été capables de mener leurs propres politiques, dont les infidélités partenariales avec l’empire du Levant sont l’une des conséquences logiques. Les prédateurs usent donc de tous les subterfuges pour les déstabiliser, sachant que le chaos profite toujours à la prédation… C’est ainsi que pour ce qui concerne le Cameroun, on avait commencé par avoir des enlèvements non revendiqués de ressortissants français au Nord du pays, attribués de facto par la…France au groupe terroriste Boko Haram, par un procédé mystérieux.

Ces forces obscures trouvent des relais auprès de certains camerounais, parmi lesquels des intellectuels appartenant à un groupe ethnique bien spécifique, qui se plaignent (à tort ou à raison) d’être discriminés au Cameroun. Là, en ce moment précis et même depuis un certain temps, leurs revendications portent sur qui doit exercer le pouvoir au Cameroun, ils le veulent pour eux, désespérément et sont prêts à tout pour y arriver, même au prix du sang de leurs mamans… Ils se livrent pour cela à une surenchère victimaire digne de rescapés de la Shoah, on voit donc fleurir des discours et slogans appelant à la haine tribale au Cameroun et des débats à caractère identitaire venant s’ajouter au dégout qu’ils provoquent. Ils sont vraiment vent debout pour détruire leur pays.

Ils se rappellent toujours avec délectation et un certain cynisme à l’humiliation faite au Président ivoirien Laurent Gbagbo par l’armée française, qui prit position dans un conflit post-électoral, bombarda son palais présidentiel, l’arrêta et puis le livra aux rebelles. La fin tragique du leader libyen Mouammar Kadhafi, assassiné par la France, les USA et les autres, puis la mise à sac de la Libye, sont d’autres moments exquis que raffolent ces opposants camerounais de la terreur et de la haine, de véritables traitres à leur nation.

Las donc d’attendre que la France ou les USA se décide enfin à venir, comme en Libye ou Cote-d’Ivoire déposer le Président Paul Biya et leur «offrir» les commandes du Cameroun, ils ont adhéré à l’idéologie du désespoir et misent désormais sur le groupe terroriste nigérian Boko Haram qui assassinent pourtant leurs compatriotes du Nord Cameroun, pour les aider à réaliser leur rêve de pouvoir… Ces opposants ethno-fascistes camerounais à qui il doit manquer quelques cases, veulent donc détruire leur pays, s’ils n’accèdent pas au pouvoir. C’est ça ou rien…

Yves Kouotou
facebook.com/Y.Kouotou)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé