Société › Société

Armée camerounaise: L’état major s’enrichit de 45 nouveaux officiers

Ils ont reçu leur parchemin. Cette cérémonie mettait fin au 28ème stage du certificat d’état-major.

Les officiers de nos forces de défense du grade de capitaine au moins viennent ici acquérir des compétences d’emploi nécessaires pour servir dans un état-major de niveau bataillon, ou équivalent.
Capitaine de vaisseau Joseph Tchouatat, commandant l’école d’état major

Tordre le cou au terrorisme, et au grand banditisme ! Tel semble être le leitmotiv des autorités camerounaises. Face à la recrudescence du phénomène des coupeurs de route dans la partie septentrionale du pays, les incursions répétées des pirates dans nos cités balnéaires, à l’exemple du triste feuilleton de Limbé, sans oublié l’audace luciférien des bandits qui narguent les hommes en tenues en pleine capitale politique, l’Etat a décidé de capitaliser les compétences des forces de défenses afin de faire face à ces menaces.

Outre la dotation d’équipements de pointe à certains corps de défenses, l’opérationnalisation de certaines unités spécialisées dans la lutte antiterroriste, notamment le bataillon d’intervention rapide (BIR), la formation des troupes occupe une place importante dans ce vaste chantier. Le stage du certificat d’état major qui vient de s’achever à Yaoundé entre en droite ligne de cette orientation gouvernementale. Pendant leur formation de cinq mois, les 45 nouveaux officiers ont reçu des enseignements spécifiques en stratégie militaire. « Les officiers de nos forces de défense du grade de capitaine au moins viennent ici acquérir des compétences d’emploi nécessaires pour servir dans un état-major de niveau bataillon, ou équivalent » a expliqué le capitaine de vaisseau Joseph Tchouatat, commandant l’école d’état major. Avant de prendre congé de ses pensionnaires, il n’a pas manquer de leur prodiguer ces quelques conseils « Gardez en vous l’esprit d’humilité et de loyauté envers vos chefs. Cultivez les idéaux d’honnêteté, d’objectivité et de professionnalisme ».

Depuis sa création il y a quatre ans, l’école d’état-major, structure autonome du centre d’enseignement militaire supérieur a assuré la formation de 200 certifiés d’état-major et 83 diplômés d’état-major, parmi lesquelles l’on enregistre la présence de huit étrangers, venus de la République Centrafricaine, du Burkina Faso et du Niger.


Journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut