Politique › Institutionnel

Assemblée nationale: des militants du MRC molestés par la gendarmerie

Plusieurs militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun ont été brutalisés vendredi à Yaoundé, alors qu’ils tentaient de sensibiliser les députés pour une réforme du Code électoral

Plusieurs militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) ont été molestés vendredi, 04 décembre 2015, en mi-journée dans l’enceinte de l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du Cameroun, alors qu’ils tentaient de sensibiliser les députés, actuellement en session budgétaire, pour une réforme du Code électoral.

De nombreux blessés, présentés comme grièvement atteints par cette formation, ont été évacués au Centre des urgences de l’hôpital central de la ville, après avoir été chargés sous l’instigation du chef de sécurité du président de l’Assemblée, le capitaine Ekani.

Dès la matinée, le MRC a engagé une campagne nationale intitulée « Sauvons la Paix au Cameroun en exigeant dès maintenant la réforme du Code électoral pour des élections libres, transparentes et démocratiques ».

Il a ainsi entrepris, le même jour, la distribution des prospectus devant les départements ministériels, dans les coins de rues ainsi qu’à l’hôtel des députés avant de se déporter vers le Palais de verre où la violente altercation a eu lieu.

Le MRC, rappelle-t-on, proclame défendre l’instauration du bulletin unique à défaut d’une biométrie intégrale, la réforme de la Constitution pour permettre le vote à 18 ans, ou encore l’interdiction de la distribution des cartes d’électeur par Elections Cameroon (Elecam, organe de régulation des scrutins et opérations référendaires) le jour du vote.

Ce parti, qui compte par ailleurs un siège à l’Assemblée nationale, a soumis au gouvernement et à Elecam des points qu’il estime urgents de réformer pour une crédibilisation du système électoral du pays.

Pour le leader de la formation, Maurice Kamto, qui constate au passage que « le pouvoir de Yaoundé reste pour le moment sourd à ces demandes », « ces points doivent être discutés dans le cadre d’un dialogue politique sincère ».


Droits réservés)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut