› Eco et Business

Assurances: Chanas obéit enfin à la CIMA

La première compagnie d’assurances du Cameroun vient de limoger son directeur général adjoint et a supprimé le poste de secrétaire général occupé par Martin Abega, entre autres

D’importants changements viennent d’être opérés dans le top management de Chanas Assurances. Le premier changement important est l’éclatement du poste de directeur général adjoint en deux. Désormais, Chanas assurances a un Dga administratif et un Dga technique. Le premier poste a été confié à un expatrié, M. Celpin qui, d’après nos sources, est sorti en tête du test de recrutement organisé par Chanas, à la suite d’un appel à candidatures. Henri Ewelé, l’inoxydable contrôleur général a, quant à lui, été promu au poste de Dga technique, cédant son fauteuil à Paul Timothée Tsala, qui, jusque-là officiait en qualité de Dga de Chanas assurances. Le second changement important est la suppression du poste de secrétaire général dans l’organigramme de la compagnie. Ce poste était occupé par l’ancien secrétaire exécutif du Gicam. Nos sources révèlent que Martin Abega a répondu à l’appel à candidature susdit et a occupé la seconde place. Pour l’instant, le brillant communicateur et diplomate, entre autres, serait sans poste de responsabilité. « Mais, il est toujours à Chanas et nous sommes certains qu’on lui trouvera un autre poste, car il maîtrise le management », témoignent nos informateurs, en annonçant la tenue imminente d’un autre conseil d’administration, qui devra poursuivre avec d’autres changements. A travers ces mouvements, Jacqueline Casalegno, la Pdg de Chanas, commence ainsi à se soumettre aux injonctions de la Conférence inter africaine des marchés d’assurances (Cima). Le gendarme du marché des assurances, à travers la Commission régionale de contrôle des assurances (Crca), n’a pas eu la main tendre vis-à-vis des compagnies d’assurances camerounaises, lors de sa 67e session ordinaire du 23 au 27 avril 2012 à Lomé, au Togo. Chanas Assurances fait partie des compagnies touchées de plein fouet par les décisions punitives de la Crca.

L’entreprise que dirige Jacqueline Casalegno, la doyenne du métier, est celle qui a le plus reçu de balles du gendarme régional. D’abord ce dernier lui a intimé l’ordre de recapitaliser à hauteur de 6,5 milliards Fcfa. Ensuite, il a été sommé à la compagnie de nommer un directeur général adjoint, «avec des pouvoirs larges ». Enfin, la gamme des sanctions était clôturée par un blâme adressé à son conseil d’administration. Dans ce conseil d’administration, convient-il de le préciser, siègent Adolphe Moudiki et André Siaka, entre autres. En réalité, la Cima veut amener Chanas à discipliner sa structuration, apprend-on. « Cette entreprise n’a rien à voir avec une structure d’assurance normale. On a une Pdg, un Dga, un contrôleur général, un secrétaire général. C’est très touffu. Il n’y a pas d’organigramme », déplore un cadre du métier, sous anonymat. Jacqueline Casalegno, apprend-on, est donc déterminée à corriger ces manquements. Mais, pour l’instant, tout se gère encore dans les coulisses. Car, aucune communication officielle n’a été faite par Jacqueline Casalegno.

Chanas, première compagnie d’assurances du Cameroun
grandesrealisations.net)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé