Société › Kiosque

Au Sud Soudan, Huawei pointé du doigt

En octobre 2014, le ministre soudanais de l’Information et de Radiodiffusion a dénoncé des pratiques mafieuses de l’entreprise privée chinoise pour retarder la migration numérique TV dans son pays

C’est un ministre soudanais de l’Information et Radiodiffusion courroucé qui saisit son collègue des Affaires étrangères en octobre dernier. Le ton est grave et les accusations contre l’entreprise chinoise Huawei son gravissimes. Dans une correspondance datée du 14 octobre 2014 en effet, Michael Makuei Lueth, membre du gouvernement en charge de l’Information, raconte une histoire hallucinante à Barnaba Martial Benjamin son collègue des Affaires étrangères.

«Camarade, nous avons récemment découvert une faute lourde commise par l’entreprise privée chinoise (Huawei). Huawei a essayé d’envoyer, en mon nom, un faux document à l’Honorable Li Ruogo, président d’Eximbank Import†Export de Chine. Le but de cette lettre était l’ajournement du financement du projet de migration numérique TV», écrit Michael Makuei Lueth.

Le ministre de l’Information poursuit: «Le 3 octobre 2014 à 10h 48, nous avons reçu un e†mail de M. Sulivan Chen de l’entreprise Huawei. Cet email a été envoyé au directeur général de l’Information, M. Paul Jacob Kumbo. Après que M. Paul ait reçu le document, il m’a fait un rapport. C’est difficile de tirer des conclusions, mais je suis convaincu que la raison pour laquelle le document a été envoyé au ministère était d’être imprimé avec l’entête du ministère, y compris la signature et le cachet pour qu’après, il soit envoyé en Chine.» Pour Makuei Lueth, il s’agit là, ni plus ni moins, de faux et usage de faux de la part de Huawei dans le but de «créer la confusion» entre le gouvernement sud†soudanais et son partenaire financier chinois. De plus, ce ministre suspecte Huawei d’être coutumier du fait. Pour lui, il ne fait aucun doute que l’entreprise «a coutume de pirater les e†mails d’autres membres de gouvernement et de falsifier des documents au nom des membres du gouvernement haut placés».

Makuei Lueth explique à son collègue qu’à la date du jeudi 9 octobre 2014, il a convoqué le directeur exécutif de l’entreprise chinoise pour obtenir des explications. Mais, sa convocation est restée lettre morte. Ce jeudi†là, c’est le directeur de l’Information lui†même qui avait appelé au téléphone «un certain Chen» afin qu’il se présente au ministère le lendemain. Sans succès. «Ceci, conclut le ministre de l’Information, est révélateur des mauvaises intentions de cette entreprise vis†a†vis de notre gouvernement et des populations du Sud Soudan». Raison pour laquelle, il suggère au ministre des Affaires étrangères qu’une «investigation sérieuse» soit menée contre Huawei pour établir «ses sales actes malicieux». Bien plus, «M. Sulliven Chen doit être exploité et être jugé; déporté du Sud Soudan en Chine». Enfin, «l’ambassade de Chine doit être informée des agissements de Huawei contre le Sud Soudan et son peuple».

lié: http://journalducameroun.com/article.php?aid=19258 Cameroun: le scandale Huawei


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé