Opinions › Tribune

Aucune force exogène ne saurait déstabiliser la République du Cameroun

Par Cavaye Yeguie Djibril, Président de l’Assemblée nationale du Cameroun

Discours prononcé par Cavaye Yeguie Djibril, président de l’Assemblée nationale du Cameroun, à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année législative 2015.
Yaoundé, mercredi 10 juin 2015

Excellences;
Mesdames et Messieurs,
C’est une joie indicible qui m’anime au moment où je prends la parole ce jour, devant cette auguste assemblée. La densité et la qualité des acquis de notre Chambre sur la scène internationale pendant l’intersession, font briller un soleil nouveau sur l’Assemblée Nationale du Cameroun.

En effet, le 10 avril 2015, dans cet hémicycle, j’annonçais, avec quelque appréhension, la candidature de notre collègue, l’honorable député Nkodo Ndang Roger, au prestigieux poste de président du Parlement panafricain, dont le siège se trouve à Midrand en Afrique du Sud. Aujourd’hui, le rêve est devenu réalité car, après une difficile campagne continentale, et au terme d’un scrutin particulièrement disputé, ponctué de rebondissements et d’âpres tractations, notre compatriote l’a remporté, haut la main, face à des challengers qui n’étaient pas des moindres.

Au nom de la Chambre entière, je voudrais saluer cette victoire, éclatante à souhait et saisir cette occasion pour solennellement adresser nos vives félicitations à l’heureux élu.

Monsieur le président du Parlement panafricain,
Vous voici au firmament du parlementarisme africain. Mais sachez que vous êtes camerounais et vous demeurez camerounais. Pour cela soyez dont l’ambassadeur du Cameroun, son porte flambeau, afin qu’un jour, la postérité se souvienne de vous, comme étant celui-là, ce Camerounais qui a apporté une aube nouvelle au Parlement panafricain. Dans la même veine, je voudrais adresser nos vives félicitations aux honorables:

Hilarion Etong, Premier vice-président de notre Chambre, réélu vice-président du Parlement de la CEMAC, à l’occasion de la dernière session de l’institution communautaire à Malabo;

Njingum Musa Mboutoh, Questeur au bureau de l’Assemblée Nationale, réélu lui aussi et pour la troisième fois consécutive, à l’important poste de président de la
commission des Affaires monétaires et Financières du Parlement panafricain;

Enfin, Marie Rose Nguini Effa, élue présidente du Forum des parlementaires africains sur la population et le développement. C’était à l’occasion de la Conférence internationale des parlementaires dans le cadre de la présidence allemande du G7, assises qui se sont tenues à Berlin, en République fédérale d’Allemagne, les 16 et 17 avril 2015.

En plus des élus, les hauts fonctionnaires de notre chambre, n’ont pas cessé de se distinguer. Après Monsieur Chungong Martin, Secrétaire général de l’Union interparlementaire depuis le mois de mars 2014, c’est Monsieur Etoung Abena Parfait qui depuis quelques jours, trône à la tête du Secrétariat général du Parlement de la Communauté économique et monétaire d’Afrique Centrale. Ancien directeur adjoint de la législation à l’Assemblée nationale du Cameroun, ce haut fonctionnaire de notre Chambre, aura connu un parcours sans faute. Ce qui assurément, lui vaut aujourd’hui, la très haute confiance des autorités de la CEMAC. Monsieur Etoung Abena, recevez toutes nos félicitations. Nos encouragements vous accompagnent pour un plein succès dans vos nouvelles fonctions.

– Excellences,
– Distingués invités,
– Mesdames et Messieurs,

Au-delà des mérites et des lauriers des uns et des autres, il s’agit ici de saluer le dynamisme de notre diplomatie parlementaire. Les faits d’armes que nous célébrons en ce moment, viennent consolider le rayonnement, la crédibilité, l’aura connue et reconnue de l’Assemblée Nationale du Cameroun dans le concert mondial des parlements. Mieux encore, ces faits constituent la manifestation de la riche et longue expérience engrangée par notre Chambre, de législature en législature. Ensuite, ils traduisent la confiance certaine qu’inspire notre pays, un pays de paix, caractérisé par la stabilité de ses institutions. J’y vois aussi la résultante de la foi et de l’engagement de l’ensemble de nos députés.

Surtout et surtout, ces hauts faits sont l’aboutissement des choix pertinents, sous la très haute impulsion de Son Excellence, Monsieur Paul Biya, président de la République, chef de l’Etat et chef de la Diplomatie camerounaise. Véritable chef d’orchestre, doté d’une rare perspicacité, visionnaire absolu, excellant dans l’art de la prospective, son soutien et son accompagnement n’ont jamais fait défaut à l’action de l’Assemblée nationale. Ils constituent en réalité, le principal, sinon l’unique gage de nos succès et de nos victoires.

Je voudrais ainsi saisir l’opportunité que m’offre cette tribune, pour lui présenter à notre nom à tous, nos sentiments de différente gratitude. Nous voulons aussi lui réaffirmer, notre engagement à ses côtés et sous sa très haute direction, à toujours uvrer, pour porter plus haut encore, l’étendard du Cameroun.

– Excellences,
– Mesdames et Messieurs.

Même survolté par l’euphorie due aux victoires que je viens d’évoquer, je n’oublie pas que, comme les précédentes, la présente session s’ouvre dans un contexte de crise sécuritaire. Diminuée certes, et même au bord de l’agonie, il n’en demeure pas moins que, la secte islamiste Boko Haram, continue de nous forcer à la vigilance, son esprit démoniaque pouvant se réveiller à tout moment, pour de regrettables actions. Je voudrais à cet effet, saluer la mobilisation et la maturité du peuple camerounais que nous représentons dans cet hémicycle. La célébration de la 43e fête Nationale, la fête de l’Unité, le 20 mai 2015 aura été à n’en point douter, une démonstration de force, celle de la cohésion des Camerounaises et des Camerounais, celle de leur engagement et de leur soutien derrière les institutions républicaines, incarnées par le chef de l’Etat, celle enfin, de leur attachement à la Paix et à l’Unité Nationale.

C’est dire, qu’aucune force exogène, ne saurait venir délibérément déstabiliser, le socle granitique que constitue la République du Cameroun, sauf à croire que, quelques complicités endogènes soient impliquées dans une telle tentative. Mais le Cameroun est débout, il est solide, il avance et il agit malgré sa diversité sociale et la pluralité de ses chapelles politiques ou confessionnelles.

Une fois de plus, je tiens à réaffirmer ici, le soutien, mais alors le soutien total, de la Représentation nationale au président de la République, chef des Armées, dans sa croisade contre le mal, qu’il soit Boko Haram ou autre. Notre soutien total, aux forces de défense et de sécurité, ces femmes et ces hommes, dont la bravoure, le patriotisme et l’engagement font honneur à la nation. Nous réaffirmons notre sympathie et notre affection aux populations, nationales comme étrangères, qui à un moment ou à un autre, ont été dans la tourmente du fait des actes barbares de la secte islamiste.

Enfin, vaillant peuple camerounais, vous l’avez démontré, vous avez su faire chorus, quand les circonstances l’exigeaient. Nous, vos élus, vous lançons cet appel: ne vous découragez pas. Restez plus vigilants que jamais, car l’ennemi rode encore. Redoublons d’effort et de soutien, pour lui porter l’estocade finale, tous, uvrons pour son extinction.

– Excellences,
– Chers collègues,
– Mesdames et Messieurs,

En vous réitérant mes souhaits de bienvenue, je déclare ouverts, les travaux de la deuxième session ordinaire de notre Chambre pour l’année législative 2015. Je souhaite plein succès à nos délibérations, pour:

– Que vive l’Assemblée Nationale,
– Que vive la République, le Cameroun, notre cher et beau pays,
– Pour que vive son illustre chef, Son Excellence Monsieur Paul Biya, président de la République, chef de l’Etat, chef des Armées.

Je vous remercie.


Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé