Sport › Football

Augustin Thierry Edjoa : De grandes ambitions dans le domaine du sport

Le Ministre des Sports et de l’Education physique présente les projets à cours et moyens termes du département dont il a la charge.

Le Ministre des Sports et de l’Education physique présente les projets à cours et moyens termes du département dont il a la charge. C’était à l’occasion d’un entretien accordé au magazine camerounais dynamique des amis du football édition numéro 001 du mois d’aout 2008.

Après plusieurs décennies d’immobilisme, le Gouvernement camerounais semble s’engager résolument dans un vaste programme de réalisation d’infrastructures sportives. pouvez-vous nous en livrer les grandes articulations ?
Je vous remercie pour cette question qui revient de plus en plus depuis que nous avons lancé les premières actions de la réalisation du PNDIS. Bien que nous soyons en train de mettre actuellement en place la contribution financière du Cameroun et que nous attendons l’arrivée des partenaires financiers Chinois d’EXXIM Bank pour la signature des contrats financiers, je m’attend davantage a répondre à des questions portant sur l’état d’avancement de la mise en uvre de ce vaste et ambitieux projet, je me réjouis tout de même de présenter une fois de plus les grandes articulations de ce programme que les Camerounais et même les étrangers attendaient depuis longtemps.
Le Programme Nationale de Développement des Infrastructures Sportives du Cameroun qui entre en droite ligne dans le cadre de la mise en uvre du programme politique des « Grandes Ambitions » du Chef de l’Etat, son Excellent Monsieur Paul Biya, et sous la houlette de Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement, poursuit quatre objectifs à savoir :
1.Pallier notre déficit en infrastructures sportives ;
2.Doter a terme tous les chefs-lieux de provinces et villes du Cameroun d’infrastructures sportives adaptées a la pratique du sport en général et du sport d’élite en particulier ;
3.Permettre au Cameroun d’accueillir à court terme, des événements sportifs de haut niveau ;
4.Mettre à la disposition du gouvernement et des partenaires au développement, un document rassemblant les besoins de notre pays en infrastructures sportives.
Le Programme National de Développement des Infrastructures Sportives au Cameroun comporte deux volets importants :
Le premier volet dont le coût est de 427.643.526 Euros, soit 272 Milliards 450 Millions de francs CFA, comporte trois phases et se décompose de la manière suivante :
La première phase comprend :
1.La construction à Yaoundé, dans la banlieue d’Olembé, d’un nouveau stade d’entraînement de football et d’athlétisme.
2.La construction à Douala d’un nouveau stade Omnisports de 30.000 places, d’un Palais des sports de 3.000 places et d’une piscine olympique ;
3.La construction à Bafoussam et à Limbé d’un stade Omnisport de 20.000 places et d’un Palais de Sports de 2.000 places, pour un coût de 110 Milliards de francs CFA.


sserra76.free.fr)/n

La deuxième Phase quant à elle comprend :
1.La construction à Yaoundé-Olembé d’une piscine olympique de 3.000 places, du nouveau campus de L’INJS et d’un hôtel 3 étoiles.
2.La construction à Garoua d’un stade Omnisport de 20.000 places, d’un Palais des sports de 2.000 places, et d’une piste pour courses de chevaux le tout d’une valeur de 94 milliards de francs CFA environ.
Puis la Troisième Phase qui comprend :
1.La construction dans les villes de Bertoua, Ebolowa, Bamenda ;
2.La construction à Ngaoundéré, Maroua et Kumba, d’un stade Omnisports de 15.000 à 20.000 places et d’un palais et d’un palais des sports de 2.000 places ;
3.La construction dans les villes de Buea et de Sangmelima d’un Palais des sports de 2.000 places.
Cette phase coûtera 77,02 Milliards de francs CFA.
Le deuxième volet du PNDIS pour sa part, concerne la construction dans tous les arrondissements du pays, des plates-formes sportives, ces infrastructures de proximité qui comprendront un terrain de basket-ball, un terrain de volley-ball, un terrain de hand-ball et, éventuellement un court de tennis ou une salle pour sport de combat.

Le programme PNDIS prend-il en compte celui que la Fédération Camerounaise de Football a lancé avec le concours de la firme de téléphone mobile MTN ? Ou alors y a-t-il une complémentarité entre les deux initiatives?
Il faut reconnaître que le Programme du gouvernement s’étend sur l’ensemble du territoire national et pourrait être d’ailleurs complété par les initiatives de chaque fédération. Les besoins des populations en matière d’infrastructures sportives sont énormes et nous ne pouvons que saluer les initiatives des uns et des autres. Pour ce qui est du partenariat FECAFOOT / MTN, il serait important qu’il soit rendue public afin de pouvoir dans quelles mesures certaines infrastructures pourraient venir en complément d’autres.

Avec l’avènement des infrastructures nouvelles, pouvez-vous nous donner des indications précises sur le planning des compétitions internationales de football que compte organiser notre pays les prochaines années?
Il me semble qu’il est d’abord important de relever que l’une des finalités principales de ce vaste chantier lancé par les Pouvoirs Publics est non seulement de fournir à nos jeunes des infrastructures adéquats pour la pratique du sport et de l’éducation physique, mais aussi de leur permettre de vivre chez eux de grandes manifestations sportives. A court terme, le Cameroun pourra organiser des compétitions majeures telles que la CAN de football et d’autres disciplines, les Jeux Africains, les Jeux de la Francophonie, les Jeux du Commonwealth, etc. Vous savez les sports tels que le Basket-ball par exemple ne se jouent plus en plein air. Pour s’arrimer à cette donne, quatre salles couvertes en plus du palais des sports sont suffisantes pour abriter une CAN de Handball, de Basket-ball ou de Volley-ball. Je pense en définitif que le Cameroun est sur la bonne voie pour relever ces défis.
C’est dans cette perspective que nous nous proposons d’organiser la deuxième édition du Championnat d’Afrique des Nations des Amateurs en 2011, juste après la Côte-d’Ivoire qui organise cette compétition en 2009, l’objectif final pour le Cameroun étant d’arbitrer les jeux Africains ou la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football à l’horizon 2016.

La région du Septentrion n’est pas prise en compte dans la première phase de votre programme. Comment compter-vous intégrer cette région dans les phases ultérieures?
Tout à fait. Je vous ai dit tout à l’heure que la deuxième phase de ce programme comprend la construction à Garoua d’un stade Omnisports de 20.000 places, d’un Palais des sports de 2.000 places, et même d’une piste pour courses de chevaux !
La troisième phase quant à elle intègre les villes de Maroua et de Ngaoundéré qui bénéficieront de la construction d’un stade omnisports de 15.000 à 20.000 places et d’un Palais des sports de 2.000 places chacune.


sserra76.free.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut