Eco et Business › L'Eco en +

Autoroute Yaoundé-Nsimalen: le premier échangeur déjà perceptible

©Droits réservés

Les travaux constituant la phase une d’environ 11 kilomètres du chantier se poursuivent. Seule la libération des emprises sur les trois derniers kilomètres reste une paire de manches.

Le premier échangeur de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen, construit au carrefour Nsimalen, est déjà perceptible. La circulation devrait y être améliorée à l’issue des travaux, si aucun incident interrompant les travaux n’est enregistré.

«Pour les usagers de l’aéroport, bien que le raccordement entre l’échangeur et l’autoroute soit bientôt effectif, il faudra encore attendre que l’ensemble du projet soit construit pour que le basculement se fasse», explique le délégué régional du ministère de l’Habitat et du Développement urbain, maitre d’ouvrage, cité dans le quotidien public Cameroon Tribune, édition du vendredi, 18 août 2017.

Les deux autres échangeurs prévus sur ce projet routier seront installés à Meyo et Ahala.


«Une bonne partie du gros œuvre est achevée ou en voie de l’être. On travaille déjà sur l’aménagement paysager à réaliser au niveau des trois échangeurs», relève le chef de la mission de contrôle du chantier, Bouhafes Barhoumi.

La libération des emprises demeure le principal obstacle à l’évolution des travaux. Seule la partie marécageuse et les cours d’eau permettent la continuité des travaux. «Ce sont des travaux qui ne nécessitent pas la libération des emprises parce que les marécages et les cours d’eau sont inhabités», ajoute le chef de la mission de contrôle Studi International.

Les responsables en charge du chantier auraient déjà fait leur travail, dans la mesure de leurs possibilités sur ce projet d’autoroute lancé en 2013. «Le linéaire n’est libéré qu’à 70%. Le reste est encore occupé par les populations qui attendent d’être indemnisés avant de partir. Donc sur les 70% disponibles, nous sommes à pratiquement 70% de niveau d’avancement des travaux», précise Bouhafes Barhoumis.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut