Opinions › Tribune

Avertissement à Afrique Média

Par Itonde Diboua

On savait déjà que le débat politique et médiatique africain s’est abaissé en dessous du niveau des caniveaux et des bars.

On savait aussi qu’il y a des Africains qui sont malades de la France. Une véritable pathologie de la pensée automatique consiste à voir la France ou la néo-colonisation partout. Ta femme n’a pas bien cuisiné, c’est à cause de la France. Tu es un conjoint infidèle, c’est à cause de la France. Tu bois toute la journée dans le bar du coin et appelles indistinctement les femmes « Marie, Rose, Anne. », c’est à cause de la France. Tu ne te mets pas en érection, c’est à cause de la France. Tu divorces, c’est la faute de la France. Il pleut sur toi, c’est à cause de la France. Tu es tribaliste, c’est à cause des Occidentaux. « Ils nous avaient apporté le tribalisme ».

Mais ce que l’on ne savait pas, c’était que des Africains en arrivent un jour à rejeter la notion même de bonne gouvernance pour l’Afrique sous prétexte de .« panafricanisme »! Afrique Média vient de le réussir à travers un débat sur le thème « Alternance en Afrique: gage de bonne gouvernance ou manifestation démocratique? ». Sans surprise, la bêtise était encore cette fois au rendez-vous. Le gros des intervenants tentaient de démontrer que l’alternance et la démocratie ne sont pas de bonnes idées pour l’Afrique.

Morceaux choisis: « L’alternance est un terme occidental »; « La démocratie peut exister sans alternance »; « La bonne gouvernance et l’alternance sont un prétexte pour déstabiliser les régimes africains »; « Quand vous accédez au pouvoir, on vous invite à Paris, on vous formate et on vous coud un costume que vous aurez à porter toute votre vie. »; « Les Français doivent nous libérer »; « La bonne gouvernance de l’Occident , c’est l’officialisation de la guerre contre l’Afrique et de sa destruction », « Quand j’entends parler de bonne gouvernance, de démocratie pour l’Afrique, je me mets en colère. Je suis contre le fait que la thématique occidentale soit imposée à l’Afrique »; « Nos chefs d’Etat sont des otages, ils ne peuvent appliquer la politique voulue par le peuple »; [i « On nous a imposé une constitution qui ne vaut rien »[i . Hallucinant!!!

A en croire ces intervenants, nos dirigeants seraient des immortels. Leur demander de passer la main, c’est vouloir la guerre et la destruction de l’Afrique. Pour eux, la bonne gouvernance et la démocratie sont des ennemies de l’Afrique. Si l’alternance est un « terme occidental » à rejeter, que dire des droits de l’homme? Les Africains doivent-ils encourager les violations des droits de l’Homme? Ces illuminés revendiquent une seule chose : que la France vienne affranchir ses otages (peuples et dirigeants), briser leurs chaines. L’auto-aliénation est le summum de l’aliénation.

Comment est-il possible qu’un enseignant, titulaire d’un doctorat, produise un type de raisonnement où il voit le dirigeant nègre aller à Paris pour accepter de revêtir un costume (qu’il ne veut pas), pour ensuite appeler son « maitre » de l’en débarrasser? Cela me rappelle un autre enseignant qui en 2009, sûr de lui, me confiait que la France impose Biya et le tuerait s’il démissionnait (selon un certain Fame Ndongo sur RFI, Biya est candidat à la présidentielle de 2018). La France a déjà pris position (à Dakar) contre ces dirigeants qui s’accrochent au pouvoir. Aujourd’hui, pourquoi Biya veut-il se maintenir au pouvoir puisqu’il est présenté comme un « panafricaniste » que la France voudrait chasser à travers Boko Haram? Preuve est donc faite qu’avec ou sans l’Occident, nos dictateurs sont déterminés à confisquer le pouvoir. Peut-on raisonnablement continuer à accuser l’Occident, la France, etc?

Comment expliquer tous ces délires et fantasmes? On ne peut pas dire une chose et avoir raison et dire son contraire et avoir encore raison. Il y a erreur quelque part. Il ne s’agit pas ici de défendre la France ni qui que ce soit. Je suis au contraire choqué de voir des dirigeants irresponsables et assoiffés de pouvoir tirer sur des populations affamées, et aller ensuite enrichir l’Occident (Cf. Affaire des biens mal acquis et saisis), permettant ainsi toutes ces moqueries sur la « misère » de l’Afrique. Où sont les capitaux de Kadhafi, Mobutu, Abatcha, Obiang, Bongo, etc.? Faut-il que l’Occident profiteur et voleur s’excuse aussi d’avoir affaire à des interlocuteurs stupides?

« Si j’ai un chef d’Etat comme Obiang Nguéma qui me donne l’école gratuite, les routes, la santé, l’eau, etc, qu’il reste 1000 ans au pouvoir ». Erreur (bien que l’on note des efforts dans de grandes villes). D’abord, l’eau potable et l’électricité sont accessibles seulement à une partie de la population dont plus de la moitié vit avec moins d’1 dollar par jour, pendant que le clan Obiang gaspille les fonds du pays à Paris et à Malibu.

Ensuite, c’est ignorer la pyramide des besoins humains et surtout le besoin de sécurité. Seras-tu content de vivre dans un pays où des hommes tout-puissants exercent un droit de vie et de mort, violent ta femme, tes filles, etc? As-tu entendu parler des séances de torture dans des centres de détention au Cameroun, en Guinée-Equatoriale, en Libye, au Tchad, en Afrique, etc où des opposants politiques ont péri ou perdu la vue? Aimes-tu les charniers, les disparitions, la terreur, la gestion prédatrice, etc? Sais-tu seulement que le pétrole équato-guinéen n’est pas éternel (apparition de sources d’énergie concurrentes) et que les futures générations souffriront des gaspillages actuels?

Le discours de désinformation et d’abrutissement d’Afrique Média est d’autant plus dangereux qu’il influence des masses non averties. Le but est de distraire et d’inciter celles-ci à soutenir des régimes dictatoriaux et impopulaires pour soi-disant combattre l’Occident. Autrement dit, à les amener à être contre elles-mêmes, à tolérer par exemple les répressions sanglantes de Nkurunziza et de ses pairs, les attaques à la grenade.

Au fait, quelles grandes puissances occidentales veulent déstabiliser le Burundi ou demandent à Nkurunziza de tuer sa population? Pour voler les richesses? Où sont passés ces intellectueurs, ces marcheurs de Paris et autres défenseurs des impunités et de la « souveraineté » des dictateurs africains?
Le grand danger de l’Afrique c’est son déni permanent de réalité, son incapacité à porter un regard lucide sur elle-même. Quand l’Afrique refuse d’ouvrir les yeux sur elle-même, elle se condamne à vivre perpétuellement dans le passé. Je n’ai pas à défendre la France. Elle fait elle-même son propre procès. Chirac avait bien reconnu le pillage de l’Afrique. Et Hollande les crimes de la France dont certains qualifiés d' »épouvantables, insupportables ». A quand le tour des Africains? Commencez d’abord par organiser une journée africaine en hommage aux Héros des indépendances. Désormais, je citerai les noms des intervenants en les reliant aux propos ineptes tenus. Ceux-là qui sur le plateau se font appeler « président », pourquoi ont-ils créé un parti politique si c’est pour être opposé à l’alternance, à la conquête du pouvoir? S’agit-il du culte de l’idiotie ou d’affairisme?

Je propose à Afrique Média, ainsi qu’à tous ces « intellectuels » qui soutiennent la gestion autocratique, de visionner cette vidéo de 12 minutes. Elle met en scène un ministre nègre de 29 ans qui gaspille l’argent de l’Afrique à Paris, l’ambassadeur du pays est son garçon de course.

Rocambolesque, comique et extravagante, cette vidéo a été réalisée en 2000, peu avant le passage à l’euro. Les frasques et la gabegie financière du ministre ont été récompensées par une promotion (au poste de vice-président de la république). Il est le prochain président de la République de Guinée-Equatoriale. Théodoro Nguema Obiang n’est pas à plaindre. Il est au contraire chanceux d’être né dans cette Afrique où on peut assassiner, violer, voler, gaspiller sans être responsable et bénéficier de la protection et de l’immunité « panafricanistes ». C’est la France et l’Occident qui sont coupables. Mais quelle chance de gouverner en Afrique?


Droits réservés)/n

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé