Société › Société

A Bafia, les prêtres tentent de rassurer les fidèles en écartant la thèse du suicide de l’évêque

Mgr Jean Marie Benoit Balla de son vivant © L'Effort camerounais

A l’occasion de la célébration de la Pentecôte dimanche 04 juin, en la cathédrale St Sébastien de Gondon à Bafia, où l’évêque disparu officiait régulièrement, le ministre du culte a déclaré que Mgr Jean Marie Benoît Balla « ne s’est pas suicidé »

A tour de rôle, les fidèles prennent place dans la cathédrale St Sebatien de Gondon à Bafia. L’affluence dans ce lieu dimanche, 04 juin, fête chrétienne de la Pentecôte semble inhabituelle. Sans briser le silence qui règne dans la salle, chacun cherche une place libre. «D’habitude nous sommes environ 200 à 300 qui assistons à la messe de 7h00, mais aujourd’hui c’est grave», souffle une ouaille approchée par Journal du Cameroun. Pourtant il faut s’y faire, ce dimanche 04 juin est le premier depuis que la mort de l’évêque de Bafia, Mgr Jean Marie Benoît Balla, a été confirmée deux jours plus tôt. Des membres de famille et même des fidèles ont parcouru des kilomètres pour assister à la messe dans la cathédrale qu’il dirigeait avant le drame.

Assise dans un coin de la cathédrale, silencieuse, le visage renfrogné, une dame écoute attentivement le curé qui vient de prononcer le nom de Mgr Jean Marie Benoit Balla. La dame s’appelle Marie-Christie elle vient de la paroisse Notre dame des victoires de Douala. Et si elle s’est retrouvée dimanche dans la localité de Bafia, c’était dans l’espoir de trouver des réponses à toutes ses interrogations sur la mort de l’évêque Jean Marie Benoît Balla, mais aussi en son hommage. «C’était un homme bien, simple; qui aimait la prière et s’adonnait véritablement à son ministère. Quand on le consacrait évêque de Bafia, il y a près de quatorze ans, j’étais là et aujourd’hui que le malheur nous frappe, je ne pouvais pas me permettre de ne pas venir. Je suis peinée et chagrinée en même temps je me pose beaucoup de questions sur ce qui s’est vraiment passé», déclare cette fidèle.

L’évocation de la fatalité qui vient de frapper la communauté catholique du Cameroun a été faite dès l’ouverture de la messe. Le curé Jean Aimé Amougou Mballa est resté discret sur les circonstances de la mort de l’évêque. Il s’est voulu cependant rassurant en indiquant aux membres d’église que le père Jean Marie Mballa ne s’était « pas suicidé ». Aucun détail supplémentaire ne sera donné sur cette affaire, mais une recommandation: «craignons tout ce que nous entendons, parlons peu, écoutons beaucoup et prions beaucoup».

Le père Jean Aimé Amougou a invité les proches du défunt évêque à ne pas perdre espoir, à mettre leur confiance en Dieu «qui seul console» et surtout à ne pas vivre dans « l’agitation. »

Une prière spéciale pour le repos de l’âme de Mgr Jean Marie Benoit Balla a été prononcée à la fin de la messe.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut